[Exclusif] Coup de gueule Vincent Guyot : « Comment je me suis fait manipuler par Envoyé Spécial »

Terre-net Média

« Ce n’est pas un magazine d’informations et d’investigations, mais un magazine de manipulations. » Quelques semaines après la diffusion, mi-mai dernier, d’une seconde séquence de Envoyé Spécial consacrée au glyphosate et Monsanto, dans laquelle il est accusé de participer à du « ghostwriting » et de « l’astroturfing » au profit du géant américain, l’agriculteur Vincent Guyot dénonce la « manipulation » de l'équipe d'Élise Lucet. Il confirme et assume être l’auteur de la tribune incriminée par l’émission, publiée – et retirée depuis – sur le site des Échos. En exclusivité, il se livre à la rédaction de Terre-net.

Vincent Guyot estime avoir été manipulé par l'équipe d'Elise Lucet lors de la diffusion d'une séquence sur les Vincent Guyot estime avoir été manipulé par l'équipe d'Élise Lucet lors de la diffusion d'une séquence sur les "fichiers secrets de Monsanto". (©Vincent Guyot) 

« Je me suis fait avoir. Ils se sont servis de moi et de la sympathie qu’avait suscité le premier reportage. » Quelques semaines après son passage dans un numéro d’Envoyé Spécial diffusé mi-mai dernier, l’agriculteur de l’Aisne Vincent Guyot, bien connu sur Twitter, veut « sortir du silence » et « parler pour dénoncer la manipulation de l’équipe d’Élise Lucet ». 

Revenons en arrière. En novembre 2018 est tourné un numéro d’Envoyé Spécial sur le glyphosate. « L’émission devait être diffusée en décembre. Mais le mouvement des gilets jaunes a retardé sa diffusion à janvier 2019. »

Vincent Guyot est agriculteur dans l'Aisne. Vincent Guyot est agriculteur dans l'Aisne. (©Vincent Guyot)

Le 17 janvier 2019 sur France 2, Vincent Guyot fait l’objet d’un reportage, dans lequel deux systèmes de production sont comparés : le sien, un système sans labour et requérant du glyphosate pour détruire les couverts végétaux et les adventices, et celui d’un producteur bio, donc sans aucun produit phytosanitaire de synthèse. « L’objectif de l’émission était de me convaincre que je pouvais convertir ma ferme en bio. »

L’émission était centrée sur le glyphosate. « Je leur avait dit de ne pas prendre un producteur bio en face de moi. Car il ne faut pas tout mélanger. Or l’équipe d’Envoyé Spécial n’avait pas trouvé de producteur conventionnel "anti-glyphosate" ». Soit. Vincent Guyot était néanmoins satisfait du reportage, « qui comparait, de manière plutôt bienveillante, deux pratiques culturales différentes, sans trop de parti pris ».

Seconde émission, « autre ambiance »

Courant mai, pour une deuxième émission, autre ambiance. « Le lundi 13 mai, la même journaliste me contacte. Et me dit : « Vincent, on veut faire un reportage sur les «  fichiers secrets de Monsanto et un autre sur le groupe Agriculture et liberté. » N’ayant rien à cacher, l’agriculteur accepte de la recevoir le lendemain, mardi 14 mai. « La journaliste devait passer en début d’après-midi. Elle est finalement venue en début de soirée. Ça ne m’a pas mis en confiance. Ils m’ont mis dans un contexte déstabilisant. » Le tournage est censé être rapide, « un quart d’heure environ ». Selon lui, le tournage a duré finalement plus d’une heure.

En fait, l’équipe d’Elise Lucet veut l’interroger sur une tribune qu’il a signée sur le site du quotidien Les Échos un an et demi plus tôt, dans laquelle il défend son système de production sans labour et, indirectement, son utilisation du glyphosate pour détruire les couverts végétaux et adventices.

« Face caméra, la journaliste sort une photo agrandie de la tribune que j’ai signée pour bien faire apparaître une autre signature, celle de Julie Dramard, chargée de communication de Fleishman Hillard, une agence de communication travaillant alors pour Monsanto. »

« La journaliste évoque cette tribune de manière insistante. Or le texte remonte à plus de 18 mois ! » Difficile pour lui de rassembler ses souvenirs de manière impromptue. « Je suis surpris de voir le document avec cette signature. Je n’ai connu le texte publié qu’avec ma signature. » Les questions de la journaliste s’enchaînent : « Avez-vous des liens avec Monsanto ? Recevez-vous des mails de Monsanto ? Êtes-vous aidé dans votre communication par Monsanto ? Êtes-vous financé par Monsanto ? Connaissez-vous Julie Dramard ? » Vincent Guyot répond « non » aux questions, ne se souvenant pas du nom de son interlocutrice de l’époque.

Si j’ai bien été manipulé, ce n’est pas par Monsanto, mais par l’équipe d’Élise Lucet !

Rassemblant ses quelques souvenirs, il reconnaît avoir eu des contacts téléphoniques et par mail avec Julie Dramard. Mais il persiste. « J’ai dit plusieurs fois à la journaliste que j’avais effectivement coécrit la tribune. Ils n’ont jamais repris mes propos. »

Vincent Guyot assume et confirme : « J’ai été contacté par cette chargée de communication. J’ai écrit la tribune sur le fond. Elle y a participé pour seulement la mettre en forme. Tout ce que je dis dans cette tribune, dans laquelle je défends mon système de production nécessitant du glyphosate, vient de moi et de personne d’autre. Et personne, ni chez Monsanto, ni d’ailleurs, ne m’a ordonné ce que je devais dire dans mon texte. »

« Envoyé Spécial a axé l’interview pour me faire passer pour un menteur. Ils ont laissé croire au public que je suis manipulé par Monsanto. C’est complètement faux. Si j’ai bien été manipulé, ce n’est pas par Monsanto, mais par l’équipe d’Élise Lucet ! » « M’accuser de participer à du "ghostwriting" ou de "l’astroturfing" (cf encadré), c’est de la calomnie ! »

« Ils veulent nous faire taire en faisant croire que nous, agriculteurs, sommes manipulés par les lobbys. »

Le ton accusateur et déstabilisant de la séquence dans les locaux du quotidien Les Échos est un « choc supplémentaire » pour l’agriculteur.

Le lendemain de la diffusion, malgré son souhait de ne pas réagir à chaud à l’émission dans la presse locale, cette dernière l’affiche comme « un agriculteur trop proche de Monsanto ». Pour lui, l’impact local est « terrible ». « Quand tu vas chercher tes gamins à l’école, la suspicion et les regards tombent sur toi. Cette histoire m’impacte alors que je ne fais rien d’interdit. »

Aujourd’hui, Vincent Guyot ne veut pas que cette histoire reste sans suite. « Envoyé Spécial n’est pas un magazine d’informations et d’investigations, mais un magazine de manipulations ! Ils veulent nous faire taire en faisant croire que nous, agriculteurs, sommes manipulés par les lobbys. »

 

« Ghostwriting », « astroturfing » : de quoi parle-t-on ?

Le ghostwriting est une pratique de lobbying ou de manipulation d’opinion qui consiste à utiliser des experts plus ou moins reconnus pour faire publier en leur nom des articles créés par des agences de contenus spécialisées.

L'astroturfing englobe l'ensemble des techniques – manuelles ou algorithmiques – permettant de simuler l'activité d'une foule dans un réseau social. Ces techniques consistent à donner l'impression d’un phénomène de masse, d'un mouvement d'opinion populaire, en réalité créé de toutes pièces.
Cet article a été modifié le 17 juillet 2019. Julie Dramard ne travaillait pas pour RedFlag, comme initialement indiqué dans l'article, mais pour FleishmanHillard.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous