Climat, rémunération, assurance… La FNSEA attend des décisions politiques dans les mois qui viennent

Terre-net Média

Si la question du climat s’impose dans les débats de l’année, le sujet de la rémunération, et plus globalement de l’accompagnement des agriculteurs dans les transitions sont également au cœur de l’actualité agricole de la rentrée. Dans un agenda politique qui s’annonce chargé, quelques mois avant l’élection présidentielle, la FNSEA compte bien faire entendre la voix du monde agricole sur ces sujets. Le syndicat profitera notamment de son congrès, du 21 au 23 septembre, pour rappeler au ministre l’urgence de prendre des décisions.

Christiane Lambert, lors de la conférence de presse de rentrée de la FNSEA le 2 septembre.Christiane Lambert, lors de la conférence de presse de rentrée de la FNSEA le 2 septembre. (©Terre-net Média) 

Après le gel, les inondations, la pluie, « le sujet climatique a été le sujet permanent des agriculteurs cet été », a rappelé Christiane Lambert en introduction d'une conférence de presse, le 2 septembre. Si, comme le souligne la présidente de la FNSEA, les agriculteurs ont déjà pris en main cette question, comme en témoigne le dernier rapport d’orientation du syndicat, ils sont plus que jamais en attente de décisions rapides.  

Gestion des risques : acter la solidarité nationale dans le PLF 2022

Le Varenne de l’eau, dont les chantiers ont débuté juste avant l’été, constituent une première réponse aux demandes de la profession agricole. Cependant, après avoir longtemps attendu des annonces, la FNSEA espère que Julien Denormandie sera bien «  le ministre de la concrétisation », note Christiane Lambert. Sur le sujet de la gestion des risques, notamment : le gouvernement ayant assuré à plusieurs reprises que le recours à la solidarité nationale serait désormais nécessaire, le syndicat attend une traduction concrète de cette promesse dans le projet de loi de finances pour 2022.

Retrouvez ci-dessous l'intégralité de la conférence de presse de rentrée de la FNSEA : https://t.co/F3r5qv0zpw

Comme présenté dans le rapport du député Descrozaille, les coups durs pourraient ainsi êtres portés par les agriculteurs et la solidarité nationale, détaille Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA. Un dispositif qui serait complémentaire à une assurance multirisque climatique, avec un seuil de déclenchement à 20 %. « L’enjeu, c’est d’avoir une réponse rapide du gouvernement pour sécuriser un cadre législatif », ajoute Jérôme Despey.

Vigilance sur la stratégie européenne Farm to Fork

Dans ce contexte, la FNSEA s’inquiète également de l’étude d’impact publiée au cours de l’étude sur la stratégie européenne Farm to Fork. « Une baisse de la production agricole de 10 à 15 %, est-ce raisonnable, si c’est pour importer ensuite du carbone émis ailleurs ? » demande la présidente de la FNSEA. En tant que présidente du Copa, elle invite ainsi les États membres à se saisir de cette question et à mettre davantage en phase les décisions environnementales avec les stratégies commerciales. « Nous poussons les clauses miroirs, les taxes carbone aux frontières », ajoute-t-elle.  

Investissements et juste rémunération

Avec la crise sanitaire, la FNSEA a également travaillé à l’élaboration de propositions pour la souveraineté alimentaire, mises en ligne sur une plateforme dédiée. Dans ce cadre, « nous souhaitons être au rendez-vous du plan d’investissement que le gouvernement va lancer, et nous demandons une ligne budgétaire consacrée à notre secteur, cela nous paraît indispensable pour accompagner la transition », transition environnementale mais également énergétique et numérique, explique Jérôme Despey.

Par ailleurs, la souveraineté alimentaire et la transition agricole ne pourront se faire sans une juste rémunération des agriculteurs. Alors que les prix des matières premières flambent, avec un impact non négligeable sur les trésoreries déjà fragilisées des exploitants, « nous seront particulièrement vigilants sur la proposition de loi du député Grégory Besson-Moreau, pour que le mécanisme de non-négociabilité de la matière première agricole reste inscrit dans le texte », prévient le secrétaire général de la FNSEA. « Il est inacceptable pour nous de devoir supporter seuls les augmentations de charge. Les industriels et distributeurs doivent jouer le jeu », poursuit-il.

Un congrès à Niort du 21 au 23 septembre

Si la FNSEA ne manquera pas de rappeler ses attentes lors des grands rendez-vous à venir, le syndicat profitera également de son congrès pour mettre en avant un certain nombre de ses propositions, que ce soit sur le sujet climatique, mais également sur la ruralité. L’évènement, reporté en raison du contexte sanitaire, se tiendra à Niort les 21, 22 et 23 septembre. Le ministre de l’agriculture y est attendu.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous