Réforme de la Pac en 2015 Modef : « La redistribution des aides au cœur de la Pac »

Terre-net Média

Portant sur la déclinaison au niveau national de la réforme de la Pac, la réunion du Conseil supérieur d'orientation du 26 septembre 2013 était décisive. Voici la réaction du Modef.

« Le Modef représenté par ses vice-présidents Isabelle Daugreilh et Pierre Thomas participait au comité de suivi Pac du Conseil Supérieur d’Orientation, présidé par le ministre de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt.  

Le Modef tout en regrettant que la réforme de la Pac n’ait pas été dotée d’outils de maîtrise et de régulation des prix et des marchés s’est positionné en faveur des mesures les plus redistributives des aides directes. Le Modef dénonce depuis des années les différences existantes entre les montants des Dpu/ha, au profit des régions à fort rendement. C’est donc naturellement qu’il défend la convergence à 100 % des paiements de base.

Défendant l’emploi et le maintien d’un maximum d’exploitations en France, le Modef s’est positionné pour un paiement redistributif au profit des 52 premiers hectares en utilisant toute l’enveloppe dédiée à ces aides majorées (30 % de l’enveloppe 1er pilier).  

Le Modef qui souhaitait que les aides directes soient distribuées en fonction du nombre d’actifs familiaux présents sur l’exploitation a accueilli avec satisfaction la transparence des Gaec. 

Le Modef qui a toujours considéré que le découplage des aides directes était un non-sens a demandé que les marges de couplages supplémentaires d’aides soient utilisées pour les 40 premières vaches de chaque exploitation laitière en maintenant à son niveau l’ensemble des primes couplées élevage existantes. Le couplage des aides peut favoriser l’installation en élevage aujourd’hui mise à mal par le niveau de revenu extrêmement bas.

Défendre l’installation c’est aussi activer le paiement spécifique en faveur des nouveaux installés prévu sur le premier pilier (2 % de l’enveloppe). Cette redistribution des aides va redonner un peu de justice sociale ce qui gène les défenseurs de l’agriculture industrielle tueuse d’emplois et d’environnement que sont la Fnsea et la Coordination Rurale et nécessite que toutes les organisations favorables à la redistribution des aides fassent front commun. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous