Inauguration du Sia 2020 Ce qu'il faut retenir de la visite d'Emmanuel Macron au Sia 2020

Terre-net Média

[mise à jour dimanche 23 à 11h] Comme à chaque édition, le chef de l'Etat a inauguré le salon de l'agriculture à son premier jour d'ouverture. Une visite officielle d'Emmanuel Macron toujours attendue, même si ce dernier n'a fait aucune annonce, préférant se concentrer sur les échanges avec les professionnels agricoles. À son arrivée vers 8h15, il a été accueilli par les leaders syndicaux FNSEA et JA qui l'ont questionné sur les principaux sujets sensibles: les distorsions de concurrence, l'application des ZNT, celle de la loi Egalim, entre autres.

Conformément à la tradition, le président de la République a inauguré ce 22 février la 57e édition du Salon international de l'agriculture, à Paris, avec l'intention d'expliquer sa vision de la transition agricole avec "pédagogie".

Dès son arrivée et avant même de couper le ruban tricolore, le chef de l'Etat a échangé avec les leaders syndicaux FNSEA et Jeunes agriculteurs qui, drapeaux et panneaux de revendications à la main, l'ont questionné sur plusieurs sujets sensibles, notamment l'application de l' article 44 de la loi Egalim et l'application des ZNT.

Que ce soit lors de cet échange en guise d'introduction à sa journée marathon - le président est resté près de 13 h sur le salon - ou lors des longues séquences de dialogue avec les représentants professionnels, Emmanuel Macron n'a pas apporté davantage de réponses aux multiples interrogations des agriculteurs.

Sur les ZNT et le glyphosate:

  • l'enveloppe de compensation de 25 M€ annoncées jeudi soir ne concernera que les maraîchers, arboriculteurs et viticulteurs, mais pas les producteurs de grandes cultures.
  • pas de moratoire pour l'application de ces ZNT;
  • le glyphosate pourrait continuer d'être utilisé en agriculture de conservation.

 Sur l'application de l’article 44 de la loi Egalim:

  • « On va renforcer les contrôles pays par pays et améliorer le contrôle dans les grands ports d’entrée »;
  • « Il nous faut une coopération européenne pour pleinement le contrôler ».
  • le président veut continuer à mettre la pression sur les distributeurs.

Sur les retraites agricoles:

  • Pas de revalorisation des retraites actuelles:  « pour traiter le stock, il faudrait 1,1 milliard d’euros(...) on ne peut pas financer toutes les retraites passées car on ne peut pas demander aux actifs d’aujourd’hui de financer les retraites en cours plus le stock »

Sur la filière viande bovine

  • Le Président de la république a rappelé ce qu'il a toujours dit aux acteurs de la filière, en les invitant à  « mieux vous organiser ». «Vous êtes dans la main de Bigard (...), vous devez mieux vous organiser entre vous», a lancé le président à des éleveurs.

Sur le plan Protéines:

  • Le Président de la République a reconnu que le dossier n'avait pas suffisamment avancé. "Mais nous sommes restés sur une démarche constructive avec lui", explique le producteur. 
  • Des annonces sur le fameux plan protéines promis par le chef de l'Etat devrait être intégrées au Pacte productif "au printemps", donc d'ici la fin du premier semestre 2020.

Sur la protection et le mal-être des agriculteurs:

  • Le chef de l'Etat a annoncé la mise en place d'une mission parlementaire ad hoc sur la prévention du mal-être agricole. Cette mission est confiée au député Olivier Damaisin, député du Lot-et-Garonne.

Live

Delphine Jeanne 22/02/2020 21:05

Le président quitte le salon de l'agriculture après une dernière heure d'échanges sur le sujet de la pêche. Avec 13 heures de présence, il n'aura donc pas battu son record de l'an passé, qui était de 14 heures. Merci d'avoir suivi ce live !

Arnaud Carpon 22/02/2020 20:12

Avant de clôturer ce Live sur l'inauguration du salon de l'agriculture par le Président de la république, voici un bref récapitulatif de ce qu'il faut retenir de cette visite.

Sur les ZNT et le glyphosate:

  • l'enveloppe de compensation de 25 M€ annoncées jeudi soir ne concernera que les maraîchers, arboriculteurs et viticulteurs, mais pas les producteurs de grandes cultures.
  • pas de moratoire pour l'application de ces ZNT;
  • le glyphosate pourrait continuer d'être utilisé en agriculture de conservation.

 

Sur l'application de l’article 44 de la loi Egalim:

  • « On va renforcer les contrôles pays par pays et améliorer le contrôle dans les grands ports d’entrée »;
  • « Il nous faut une coopération européenne pour pleinement le contrôler ».
  • le président veut continuer à mettre la pression sur les distributeurs.

Sur les retraites agricoles:

  • Pas de revalorisation des retraites actuelles:  « pour traiter le stock, il faudrait 1,1 milliard d’euros(...) on ne peut pas financer toutes les retraites passées car on ne peut pas demander aux actifs d’aujourd’hui de financer les retraites en cours plus le stock »

Sur la filière viande bovine

  • Le Président de la république a rappelé ce qu'il a toujours dit aux acteurs de la filière, en les invitant à  « mieux vous organiser ». «Vous êtes dans la main de Bigard (...), vous devez mieux vous organiser entre vous», a lancé le président à des éleveurs.

Sur le plan Protéines:

  • Le Président de la République a reconnu que le dossier n'avait pas suffisamment avancé. "Mais nous sommes restés sur une démarche constructive avec lui", explique le producteur. 
  • Des annonces sur le fameux plan protéines promis par le chef de l'Etat devrait être intégrées au Pacte productif "au printemps", donc d'ici la fin du premier semestre 2020.

 

Arnaud Carpon 22/02/2020 20:09

Cela fait désormais 12 h qu'Emmanuel Macron arpente les allées du salon de l'agriculture.

Pour autant, battera-t-il son record de l'an passé (14h de visite) ? Pas sûr car, après un passage finalement express sur le stand de l'inrae, il est déjà au Pavillon France, le stand de la pêche, pour évoquer les conséquences du Brexit sur les pêcheurs français.

Arnaud Carpon 22/02/2020 19:58

Le chef de l'Etat est désormais sur le stand de l'Inrae après son passage sur le stand de la MSA.

Arnaud Carpon 22/02/2020 19:52

Joint au téléphone, Arnaud Rousseau, président de la Fop et du Groupe Avril, a longuement évoqué le dossier Protéines avec le chef de l'Etat. 

Selon lui, le Président de la République a reconnu que le dossier, malgré ses annonces, notamment celles à la suite du G7 à Biarritz, n'avait pas suffisamment avancé. "Mais nous sommes restés sur une démarche constructive avec lui", explique le producteur. 

Des annonces sur le fameux plan protéines promis par le chef de l'Etat devrait être intégrées au Pacte productif "au printemps", donc d'ici la fin du premier semestre 2020.

Arnaud Carpon 22/02/2020 18:31

Après son passage - non encore effectué - sur le stand de la MSA, le chef de l'Etat doit ensuite s'arrêter sur celui de l'Inrae, institut né de la fusion de l'Inra et de l'Irstea pour parler innovation et recherche.

Enfin, il est censé finir sa visite au Pavillon de la mer pour échanger avec les représentants de pêcheurs. Une rencontre qui, elle aussi, devrait durer compte tenu de la problématique du Brexit sur la filière.

Arnaud Carpon 22/02/2020 18:28

Info timing: Comme cela été prévisible, la visite d'Emmanuel Macron au #Sia2020 accuse un retard de près de 2h30 sur le programme initial. 
Il devait faire un passage à 16h sur le stand de la MSA pour parler suicide des agriculteurs et accompagnement social de ses derniers, en présence d'Edouard Bergeon, réalisateur du film Au nom de la terre. A 18h30, il y est toujours attendu.

Delphine Jeanne 22/02/2020 17:55

Le président, qui a repris sa visite un peu après 17h, a été interrogé par Mediapart sur les revenus des dirigeants de la FNSEA et s'est montré ferme quant à la méthode, qu'il désapprouve : "La transparence ne veut pas dire stigmatisation (...), je préfère m'attaquer au revenu indécemment bas des agriculteurs, il faut se battre pour que les gens qui gagnent 300 euros par mois puissent gagner dignement leur vie. Ce que je porte, ce n'est pas de diviser les gens en stigmatisant comme vous le faites, mon problème est de régler celui des revenus anormalement bas plutôt que de donner des bons et des mauvais points à des dirigeants agricoles que je ne recrute pas".

Sophie Guyomard 22/02/2020 17:17

Sur le sujet des zones de non-traitement à proximité des habitations : « on va voir comment valoriser ces bandes avec des services environnementaux (...) qui vous permettent d'avoir des revenus », a précisé Emmanuel Macron à un agriculteur et brasseur du Vexin qui l'interpellait.

Pour en savoir plus > Les bandes non cultivées pourraient générer des revenus, selon Emmanuel Macron.

Sophie Guyomard 22/02/2020 16:48

Les représentants de la filière viticole espèrent un fonds de compensation pour le printemps après la visite samedi d'Emmanuel Macron sur leur stand au Salon de l'agriculture, face à la décision américaine de maintenir à 25 % les droits de douanes additionnels sur leurs produits.

Arnaud Carpon 22/02/2020 16:44

A bientôt l'heure du goûter, Emmanuel Macron a bien fini son déjeuner, mais il échange toujours avec les organisations professionnelles agricoles.

Devant le stand du ministère, la foule et les journalistes l'attendent depuis plus d'une heure...

Delphine Jeanne 22/02/2020 14:21

Le président de la République est maintenant parti déjeuner avec les représentants des interprofessions, après avoir échangé avec les viticulteurs, qui demandent la mise en place d'un fonds de compensation en raisons des taxes de 25 % imposées par les Etats-Unis sur les vins français suite au conflit Boeing/Airbus. Emmanuel Macron a assuré avoir porté la demande auprès de l'Union européenne. Il espère que ce fonds pourra se mettre en place au printemps.

DE3015A1-3569-43FF-B8A9-B465EE4B0E34.jpeg

Delphine Jeanne 22/02/2020 13:45

Compensation économique des ZNT : après la rencontre avec Emmanuel Macron, Eric Thirouin, président de l'AGPB, "reste sur sa faim". "Il n'est pas normal que ce fonds de 25 millions d'euros, qui est un petit fonds, soit réservé à certaines filières", explique-t-il. Si le président s'est engagé, auprès des filières grandes cultures, à travailler sur une proposition de compensation, "moi je reste sur ma faim" indique Eric Thirouin, toujours en attente forte sur ce sujet. "On va continuer notre combat syndical sur ces deux points-là : la compensation économique, et faire homologuer, pour ce qui est des ZNT, un certain nombre de dispositifs par l’Anses" pour permettre de réduire les distances minimales de non traitement à proximité des habitations.

Arnaud Carpon 22/02/2020 13:21

Dans l'agenda initial de la visite présidentielle, deux heures sont prévues pour échanger avec les acteurs de la filière viticole, confrontée à la hausse des taxes américaines. 

"Nous sommes très inquiets de l'impact des taxes américaines", a rappelé Antoine Leccia, président de la FEVS, représentant les exportateurs français de vins. "On a perdu 40 % en novembre, 50 % en décembre et le marché est aujourd'hui totalement à l'arrêt".

La filière demande un "fonds de compensation immédiat" évalué à 300 M€ pour l'année. "Il y a urgence !"

Delphine Jeanne 22/02/2020 13:15

Petit commentaire d'un ancien ministre de l'agriculture sur la visite d'Emmanuel Macron :

Arnaud Carpon 22/02/2020 13:08

Le chef de l'Etat poursuit sa visite au Pavillon des vins.

Delphine Jeanne 22/02/2020 12:17

Avant d'arriver au Pavillon des vins, le président boit une bière au stand de Brasseurs de France, avec Matthias Fekl, ancien ministre de François Hollande, aujourd'hui président de Brasseurs de France. 

3973F08D-1214-423F-AA44-617BE0BF5529.jpeg

Delphine Jeanne 22/02/2020 11:50

Le rendez-vous avec les représentants des grandes cultures se termine. Prochaine étape : le pavillon des vins, où le président devra sans doute aborder le sujet de la taxation des vins français à 25 % par les Etats-Unis, et la possible création d'un fonds d'indemnisation pour les viticulteurs...

Arnaud Carpon 22/02/2020 10:55

ZNT, retraites, Ceta: voici le point sur les principaux dossiers évoqués entre le chef de l'Etat et les représentants agricoles:

Sur les ZNT et le glyphosate:

  • l'enveloppe de compensation de 25 M€ annoncées jeudi soir ne concernera que les maraîchers, arboriculteurs et viticulteurs, mais pas les producteurs de grandes cultures.
  • pas de moratoire pour l'application de ces ZNT;
  • le glyphosate pourrait continuer d'être utilisé en agriculture de conservation.

 

Sur l'application de l’article 44 de la loi Egalim:

  • « On va renforcer les contrôles pays par pays et améliorer le contrôle dans les grands ports d’entrée »;
  • « Il nous faut une coopération européenne pour pleinement le contrôler ».
  • le président veut continuer à mettre la pression sur les distributeurs.

Sur les retraites agricoles:

  • Pas de revalorisation des retraites actuelles:  « pour traiter le stock, il faudrait 1,1 milliard d’euros(...) on ne peut pas financer toutes les retraites passées car on ne peut pas demander aux actifs d’aujourd’hui de financer les retraites en cours plus le stock »
Delphine Jeanne 22/02/2020 10:52

Le président de la République va rencontrer les représentants de la CGB, de l'AGPM, de l'AGPB et de la Fop dans le pavillon 2, dédié aux filières végétales, mais avant, il participe à une animation boulangerie. 

D3474F61-562A-47B8-AF76-5E3BA6C68072.jpeg

Arnaud Carpon 22/02/2020 10:38

Emmanuel Macron vient de quitter le hall 1, celui des bovins, pour se diriger, en voiture, dans le hall 2, celui des productions végétales.

Delphine Jeanne 22/02/2020 09:55

Emmanuel Macron va bientôt arriver sur le stand de la Commission européenne. Dans les allées, il est interrogé sur les accords de libre-échange et les distorsions de concurrence et tient à souligner la différence entre Ceta et Mercosur : "le Ceta a été négocié et signé, et on a cherché à l'améliorer, le Mercosur ce n'est pas pareil car le Canada respecte les accords de Paris, alors que pour le Mercosur, il y a des pays qui ne respectent pas cet accord".

Il précise que les bovins canadiens ne mangent pas de farine animale : "c'est une fake news, ils ne mangent pas de farines animales, ils mangent des protéines animales transformées, mais il peut y avoir une distorsion à ce sujet, alors on suspendra sur ce volet là, mais ce n'est pas pareil".

Arnaud Carpon 22/02/2020 09:11

Une partie des propos du président a son arrivée au #Sia2020: "Je voulais dire en débutant ce salon que nous sommes derrière nos agriculteurs et nos paysans.

Ce sont nos paysans qui nous nourrissent chaque jour, on doit être fier de notre agriculture française. Elle est dans notre histoire, nourrit le pays. On lui demande des changements très profonds pour l'environnement, la qualité, la sécurité alimentaire. Et elle est au rendez-vous de ces changements!

Je le dis dans un moment où le pays vit quelquefois des tensions, où il y a des impatiences.

Rien ne doit justifier des actions contre nos paysans. Rien! Et je serai intraitable sur le sujet. Je sais pouvoir compter sur l'ensemble du monde paysan pour réussir cette transformation.. tout en gardant une agriculture forte, pour réussir à réduire nos pesticides , le faire de manière apaisée, réconciliée, et en permettant à nos paysans d'avoir leur revenu. On ne fera aucun changement si on ne peut pas vivre de son travail dignement. Il y a des lois. On sera là en accompagnement. Il y a des investissements qui sont faits et on sera là."

Delphine Jeanne 22/02/2020 09:06

475A786C-3CFC-47A9-B0BB-61C97366C1FE.jpeg

Le président est dans l'enclos de la vache Idéale, égérie du SIA, et discute avec l'éleveur et sa famille.

Arnaud Carpon 22/02/2020 09:04

Emmanuel Macron a enfin coupé le cordon. Cela fait bientot une heure qu'il est dans le hall 1. Et déjà de longs échanges de fond sur les problématiques agricoles.IMG-20200222-WA0008.jpg

Arnaud Carpon 22/02/2020 08:48

Sur les retraites : "je ne peux pas a la fois gérer l'avenir et le passé." Pour les retraités actuels, "c'est impossible, ça couterait 1,1 milliard d'euros."

Arnaud Carpon 22/02/2020 08:44

Emmanuel Macron a déjà plus d'une demi-heure de retard sur le programme initial. Les échanges avec les représentants syndicaux se poursuivent, juste devant le ruban tricolore qui attend d'être coupé...

Delphine Jeanne 22/02/2020 08:41

D6A96DE3-3B2E-4184-9336-C003A90FCD60.jpeg

Sur les négociations commerciales, Emmanuel Macron promet de "continuer à mettre la pression sur les distributeurs. On augmenté les contrôles et on va faire des assignations, l'assignation de Leclerc l'année dernière à eu son effet".

Delphine Jeanne 22/02/2020 08:35

5DE0F24A-7D90-442E-B23E-D03EA8D1FF3D.jpegSur les ZNT : "je ne peux pas dire moratoire parce que sinon lˋEtat va se prendre une condamnation, mais je vous entends sur la sécurité juridique pour les semis de printemps et d'automne et on vous l'apportera", assure Emmanuel Macron, toujours en discussion à l'entrée du Hall 1 avec les agriculteurs de JA et de la FNSEA.

Delphine Jeanne 22/02/2020 08:28

3BA18643-B799-414B-B5B3-576FFFB73557.jpeg

Le président répète que l'on est "dans une transformation historique". "Il y a de l'impatience dans la société française qui risque de créer ce divorce, mon rôle est de reconcilier tout ça car si on va trop vite on risque de casser notre agriculture et de devoir importer davantage".

Delphine Jeanne 22/02/2020 08:23

FABB2252-4616-47CB-B431-802BBB8AE40E.jpeg

Une délégations d'agriculteurs de la Fnsea et de JA interpelle le président dès son arrivée au salon, déplorant être "stigmatisés", et demandant des compensations pour les ZNT. "Comment pouvez vous laisser passer des choses comme ça sans avoir des compensations ?" demande un JA.

Arnaud Carpon 22/02/2020 08:20

8h18 Emmanuel Macron vient d'arriver au #Sia2020. Il est d'emblée interpelé par des représentants FNSEA et JA sur plusieurs sujets: les ZNT, la stigmatisation dont sont victimes les agriculteurs.

Arnaud Carpon 22/02/2020 08:05

8h05, le président devrait arriver dans quelques minutes.

Arnaud Carpon 22/02/2020 07:40

La FNSEA et JA prévoient une action syndicale à l'arrivée du président au #Sia2020. "N'importons pas l'agriculture que nous ne voulons pas", vont rappeler les leaders syndicaux à Emmanuel Macron.

Ils veulent aussi dénoncer le flou de l'application des ZNT.

Delphine Jeanne 22/02/2020 06:40

940458BB-F560-4876-B014-708BC2420342.jpeg

Idéale, l'égérie du SIA 2020, est prête à voir défiler les officiels et le grand public lors de cette première journée de salon.

Arnaud Carpon 22/02/2020 06:40

Emmanuel Macron est revenu hier soir tard de Bruxelles. Les débats sur le budget pluriannuel de l'Union Européenne se sont terminés sans accord. Mais le chef de l'État assure avoir fait progressé les négociations en faveur du budget de la Pac.

Arnaud Carpon 22/02/2020 06:10

Bonjour à tous,

Le chef de l'État doit commencer sa visite vers 8h.

A la demande des organisateurs, il devrait commencer par un hommage à son prédécesseur Jacques Chirac.

Delphine Jeanne 22/02/2020 06:00

Bienvenue sur ce live dédié à l'inauguration du salon de l'agriculture par le président de la République. Tout au long de la journée, vous pourrez y retrouver les informations en temps réel sur la visite d'Emmanuel Macron.

L’agriculture « dans une transformation historique »

Le président a rappelé son attachement à la transition agricole, « historique » selon lui, tout en affirmant sa volonté de ménager les agriculteurs en évitant une cassure entre le monde agricole et le reste de la société. « Il y a de l’impatience d’une partie de la société française, qui peut créer ce divorce en stigmatisant. Mon rôle est de réconcilier tout ça, car si on va trop vite, on risque de casser notre agriculture et de devoir importer davantage de la part de pays où les normes sont moins exigeantes et l’agriculture de moins bonne qualité ».

Concernant le fonds de compensation 25 millions pour les ZNT : « J’ai dit qu’on serait aux côtés des agriculteurs, il faut accompagner pour assumer cette transition. On va lancer toutes les concertations nécessaires pour, au cas par cas, s’équiper comme il faut et regarder les situations très difficiles ». Néanmoins, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, précise que ce fonds de compensation ne concernerait que le maraichage, la viticulture et l'arboriculture. Pour l’heure, les grandes cultures ne pourraient pas y prétendre. Après le rendez-vous des filières grandes cultures avec Emmanuel Macron, Eric Thirouin, président de l'AGPB, reste en tout cas "sur sa faim". "On va continuer notre combat syndical sur ces deux points-là : la compensation économique, et faire homologuer, pour ce qui est des ZNT, un certain nombre de dispositifs par l’Anses" pour permettre de réduire les distances minimales de non traitement à proximité des habitations, explique-t-il.

Quant au moratoire, demandé par la FNSEA et JA, ce n’est pas possible, selon le président, « sinon le gouvernement va se prendre une condamnation, mais je vous entends sur la sécurité juridique pour les semis de printemps et d’automne et ça, on l’apportera ». « Ce à quoi je tiens c’est la baisse des pesticides et la sortie du glyphosate, avec pas d’interdiction sans solutions », a-t-il insisté. il a également admis que l'interdiction du glyphosate ne pourrait pas être effective sur toutes les exploitations en 2021.

De son côté, le ministre de l'agriculture a précisé que l'herbicide pourrait continuer à être utilisé en agriculture de conservation.

Loi Egalim et négociations commerciales

L’application de l’article 44 de la loi Egalim, qui doit empêcher l’importation de produits qui ne correspondent pas aux normes françaises, « n’est pas parfaite », a consenti le président. « On va renforcer les contrôles pays par pays et améliorer le contrôle dans les grands ports d’entrée. Il y a aussi le sujet des normes sociales et du coût du travail qui est un sujet de distorsion en Europe, on va vous apporter une réponse là-dessus ». Il faut aller au bout de ce qu’on a proposé au niveau européen, c’est-à-dire avoir une agence sanitaire ».

Sur le sujet des négociations commerciales, le président veut continuer à « mettre la pression sur les distributeurs, il y en a qui jouent le jeu, mais on a augmenté les contrôles et on va faire des assignations. L’assignation Leclerc l’année dernière a eu son effet ».

Pas de revalorisation sur les retraites agricoles en 2020

Enfin, concernant la revalorisation des petites retraites agricoles, le président a indiqué que « pour traiter le stock, il faudrait 1,1 milliard d’euros ». « On ne peut pas mettre tout le monde à 85 % du Smic, on ne peut pas financer toutes les retraites passées car on ne peut pas demander aux actifs d’aujourd’hui de financer les retraites en cours plus le stock », a-t-il insisté.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous