Bilan météo
Novembre et l'automne en général se sont révélés doux voire chauds

Un mois de novembre très doux à l'image de l'automne, 2e plus chaud, et de l'année en cours record. (©Pixabay)
Un mois de novembre très doux à l'image de l'automne, 2e plus chaud, et de l'année en cours record. (©Pixabay)

Températures toujours élevées

Dans la continuité de cette année 2022, novembre est resté particulièrement doux sur la France, notamment en première quinzaine. Les gelées ont été très rares et le thermomètre a ponctuellement encore dépassé les 25 degrés en début de mois en Corse, près de la Méditerranée et au pied des Pyrénées.

La température moyenne mensuelle nationale atteint donc 10,9 degrés pour une normale de 9,0 degrés, soit un excédent de 1,9 degré. Il s'agit du quatrième mois de novembre le plus doux depuis 1946, derrière 2015 (11,1 degrés), 2014 (11,2 degrés) et 1994 (11,5 degrés), à égalité avec 2011.

Le minimum du mois à basse altitude a été atteint à Guéret avec - 2,9 degrés le 20. Le maximum national culmine à 26,2 degrés à Saint-Chamas (13), Samadet (40), Ajaccio-Milelli (Corse) et Trois-Villes (64).

Température moyenne nationale en France en novembre
Température moyenne nationale en France en novembre. (©MeteoNews)

Sur les trois mois d'automne, la température moyenne nationale est de 15,27 degrés, deuxième automne le plus chaud derrière 2006 (15,37 degrés). L'excédent atteint 2 degrés tout rond, principalement dû à un mois d'octobre record de chaleur, de 3,3 degrés trop chaud par rapport à la normale 1991-2020.

Sur les onze premiers mois de l'année, 2022 établit un record de chaleur avec une moyenne de 14,85 degrés, devant les 14,35 degrés de la même période en 2020. Il faudrait un mois de décembre égalant son record de froid (1,1 degré en 1950) pour que 2022 ne batte pas le record de chaleur annuel de 2020 (13,74 degrés), ce qui est extrêmement peu probable...

De la pluie en novembre

Novembre a connu des passages perturbés assez fréquents et conséquents surtout sur l'ouest et le nord du pays avec des cumuls de pluie importants (182 mm à Abbeville, 248 mm à Brest...), alors que les régions centrales, l'est et le pourtour méditerranéen ont connu des précipitations davantage de saison voire déficitaires.

Avec un total moyen national de 103 mm pour une normale de 87 mm, novembre dépasse sa normale de 18 %. Ces pluies sont les bienvenues après une sécheresse récurrente depuis le mois d'août 2021, bien qu'insuffisantes pour améliorer franchement la situation

C'est à Socoa, dans les Pyrénées-Atlantiques, que les précipitations les plus importantes ont été relevées : 371 mm dans le mois, soit près du double de la normale (208 mm). Et c'est au Cap Béar, de l'autre côté des Pyrénées dans les Pyrénées-Orientales qu'il a le moins plu : 4 mm seulement.

La neige est restée plutôt discrète malgré quelques épisodes sur les massifs.

Sur les trois mois d'automne, il est tombé en moyenne nationale quelque 233 mm de pluie pour une normale de... 233 mm. Difficile de faire plus dans les clous ! Le déficit d'octobre a été compensé par des mois de septembre et novembre assez bien arrosés.

Sur la période janvier-novembre, 2022 se contente de 533 mm de pluie en moyenne nationale. Il faut remonter à 2011 pour retrouver un chiffre au moins aussi faible (531 mm). Et depuis 1946, seules quatre années ont fait moins que 2022 : 2011 donc (531 mm), 1989 (record avec 483 mm), 1953 (532 mm) et 1949 (527 mm).

Ensoleillement correct

Malgré un temps assez perturbé, l'ensoleillement s'en sort plutôt bien en novembre grâce à quelques périodes anticycloniques et des ciels de traîne permettant de belles éclaircies. La France a profité en moyenne nationale de 98 heures de soleil pour une normale de 89 heures (+ 10 % par rapport à la normale).

Dijon est la ville qui a le moins vu le soleil dans le mois avec 52 heures de présence seulement. Marseille-Marignane est celle qui en a le plus bénéficié avec 166 heures. Chiffre également légèrement excédentaire ramené à la saison avec 433 heures d'ensoleillement pour une normale de 419 heures (+ 3 %).

Sur l'année en cours, la durée d'ensoleillement atteint 2 200 heures en onze mois, troisième ensoleillement le plus élevé depuis 1946, tout juste derrière 1959 (2 220 heures) et 1949 (2 243 heures). Le record annuel (2 309 heures en 1949) pourrait bien être battu au 31 décembre, même si c'est plutôt mal parti avec beaucoup de grisaille ces derniers temps.

Un mois de novembre très doux à l'image de l'automne, 2e plus chaud, et de l'année en cours record. Assez pluvieux, tranchant avec la période de sécheresse durant depuis plus d'un an, relativement bien ensoleillé dans une année flirtant avec les records. Décembre décidera de la position finale de l'année 2022 côté thermomètre et soleil.

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 1 réactions