Marchés agricoles L'excédent commercial agroalimentaire affecté par le recul des vins et spiritueux

AFP

L'excédent commercial de l'agroalimentaire français a subi en 2020 un fort recul, imputable pour une grande part au recul des vins et spiritueux, qui ont pris de plein fouet le choc de la pandémie et l'institution de taxes par les États-Unis.

« En 2020, l'excédent commercial agroalimentaire atteint 6,3 milliards d'euros, soit -1,4 milliard d'euros par rapport à 2019 », a indiqué Agreste, service statistiques du ministère de l'agriculture, dans une note publiée vendredi. « Ce recul est la conséquence d'une baisse marquée des exportations (-2,3 milliards soit -4 % en valeur), supérieure à celle des importations (-0,9 milliard soit -2 %) favorisée par la contraction des échanges liée au contexte de la Covid-19 et les taxes américaines sur les importations de vins français », a précisé Agreste. Avec les pays tiers (hors UE), l'excédent atteint 9,7 milliards d'euros, en baisse de 0,9 milliard par rapport à 2019. Les exportations reculent de 1,4 milliard d'euros (-5 %) parallèlement à la chute des ventes de vins et spiritueux (-1,7 milliard d'euros) principalement vers les États-Unis mais aussi vers l'Asie. Outre les taxes mises en place par l'administration Trump, la fermeture des cafés, hôtels et restaurants, couplée à l'arrêt brutal du trafic aérien et la fermeture des zones de ventes en duty-free dans les aéroports ont mis à genoux la filière des vins et spiritueux français.

À l'inverse, les ventes de céréales ont progressé (+0,4 milliard d'euros par rapport à 2019) « en grande partie du fait de la demande chinoise en blé tendre et en orge », a relevé Agreste. « Les besoins accrus en aliments liés à la reconstitution de son cheptel porcin (décimé par la peste porcine africaine) et à l'essor de ses élevages avicoles (pour compenser la moindre production de viande de porc) mais aussi la constitution de stocks de sécurité suite à la moindre récolte de 2020 expliquent cette hausse », a rappelé l'organisme statistique.

Les importations, elles, diminuent de 0,5 milliard d'euros (-2 %), une évolution qui résulte « exclusivement des produits transformés avec notamment une baisse des achats de boissons (spiritueux) et de préparations à base de produits de la pêche », selon Agreste. « Concernant les échanges de la France avec ses voisins de l'Union européenne, le déficit commercial atteint 3,3 milliards d'euros en 2020 et se creuse de 0,5 milliard par rapport à 2019 du fait, là aussi, d'une diminution des exportations supérieure à celle des importations ».

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous