; La production mondiale de grains est attendue en baisse de 2 % en 2022/23

Marchés mondiaux des grains 2022/23 Après cinq ans de hausse, vers un léger repli de la production mondiale ?

Terre-net Média

Dans ses dernières projections de l’offre et de la demande mondiales en grain, le Conseil international des céréales s’attend cette campagne à une baisse de la production, de l’ordre de 2 %, la première depuis la campagne 2017/18.

Maïs, épisLe CIC envisage pour 2022/23 une baisse de production de maïs de 31 Mt par rapport à 2021/22 (©Pixabay)

Dans ses prévisions du mois de juillet, le Conseil international (CIC) du grain a réduit de 3 Mt par rapport à juin la production mondiale de céréales qu’il envisage pour la campagne de commercialisation 2022/23. Elle atteindrait 2 252 Mt, contre 2 292 Mt estimés en 2021/22 et 2 225 en 2020/21.

Cette mise à jour est liée aux baisses de production en blé et en maïs d’une année sur l’autre et « reflète surtout le stress hydrique ressenti par les cultures en Europe ». Il s’agirait « potentiellement de la première contraction en cinq campagnes ».

Production, consommation et stocks finaux de céréales dans le mondeProduction, consommation et stocks finaux de céréales dans le monde (©CIC) Selon ces derniers pronostics, la production mondiale de maïs serait donc de 1 189 Mt, soit une baisse de 31 Mt par rapport à 2021/22.

La production mondiale de blé est de son côté évaluée à 770 Mt, soit 11 Mt de moins que la campagne dernière. La production cumulée de blé chez les huit principaux exportateurs chuterait pour la seconde saison consécutive, « surtout en raison d’une récolte plus faible en Ukraine, mais aussi avec des récoltes en baisse en UE, en Argentine et en Australie ».

Consommation mondiale en baisse pour le maïs d'une année à l'autre

« Dans un contexte de resserrement de l'offre et de prix hauts attendus », les analystes du CIC ont aussi revu en baisse de 3 Mt les perspectives de consommation mondiale par rapport à leurs prévisions initiales, « en raison d’une utilisation fourragère plus faible, mais avec une consommation alimentaire et industrielle en hausse ».

La consommation mondiale s’établirait à 780 Mt pour le blé en 2022/23, un peu plus qu’en 2021/22 (+ 2 Mt), et à 1 202 Mt en maïs (- 12 Mt).

Les échanges de grains sont attendus en baisse de 4 % par rapport à la campagne écoulée, en raison « de réductions annuelles pour toutes les principales céréales, à l’exception de l’avoine » : - 2 Mt pour le blé d’un an sur l’autre, - 9 Mt pour le maïs.

Échanges mondiaux de céréalesÉchanges mondiaux de céréales (©CIC)

Un ratio stocks/consommation en repli

Les stocks finaux de céréales sont de leur côté attendus en retrait par rapport à la campagne passée (- 10 Mt pour le blé et – 13 Mt pour le maïs) et atteindraient leur niveau le plus bas en huit ans. Le ratio stocks/consommation, qui traduit le niveau de réserves face aux besoins potentiels, perdrait selon ces prévisions presque un point par rapport à 2021/22, à 25,6 %.

Le CIC note néanmoins que les stocks de maïs pourraient légèrement augmenter chez les principaux exportateurs, « en raison d’un chiffre inhabituellement élevé pour l’Ukraine ».

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média