Digitalisation de l’économie agricole DKE, une plateforme pour transporter les données

Terre-net Média

Fin 2017, une plateforme d’échange de données issues des machines agricoles devrait voir le jour. Elle se nommera DKE. Son but : transporter et convertir (si nécessaire) les informations provenant des engins vers d’autres applications. Explications.

Traffic de données actuelActuellement, le trafic de données est désordonné et les transferts sont multipliés. (©DKE) 

L

a digitalisation du secteur agricole progresse vite et, jusqu’à présent, la principale difficulté provenait de la diversité des solutions d'échanges de données. Les matériels et les logiciels des différents constructeurs fonctionnent chacun à leur manière. Pour simplifier les flux d’informations, la plateforme d’échange (Data Hub) jouera le rôle de transporteur entre les machines et les applications.  

DKE, c’est quoi ?

DKE est un data hub créé par un consortium de différentes marques : Agco, Amazone, Grimme, Horsch, Krone, Kuhn, Lemken, Pöttinger, Rauch et SDF. Des données issues d’engins agricoles pourront directement transiter par cette solution. Si besoin, elles seront converties pour communiquer avec d’autres solutions informatiques. Elles seront ensuite transmises, mais ne seront pas stockées. Les agriculteurs et les entrepreneurs de travaux agricoles disposeront d’un accès gratuit. Le financement de cette plateforme sera assuré par les constructeurs, les développeurs d’applications et autres fournisseurs de services.

L’utilisateur choisira les données à transférer ainsi que leur utilisation. Au quotidien, des transferts pourront être automatisés et réalisés via des réseaux rapides. Une fois sur la plateforme, ces informations se redirigeront vers d’autres applications. Aucune donnée ne sera conservée. Cette solution optimisera les systèmes de production, les moyens énergétiques mis en œuvre ainsi que les coûts de main-d’œuvre et d’intrants. Elle contribuera également au respect de l’environnement.

DKE structure les échangesDKE structure les échanges de données entre les engins et les systèmes informatiques. (©DKE)

L’accès au flux d’échanges sera libre. Grâce à cette approche, l’expertise et la créativité d’un grand nombre de développeurs pourront être utilisées. Par ailleurs, DKE améliorera la transparence des processus de production alimentaire et pourrait présenter un intérêt pour les consommateurs.

Échanger les données de manière bidirectionnelle

Côté constructeurs, il ne s’agit pas uniquement de financer le développement de la plateforme. Ces derniers doivent en effet rendre leurs machines compatibles afin qu’elles puissent échanger les données de manière bidirectionnelle. L’engagement financier est calculé en fonction du chiffre d’affaires. Par contre, pour les prises de décisions, chaque entreprise équivaut à une seule voix, afin d’assurer l’équilibre et la neutralité vis-à-vis des clients.

Les échanges de données sont soumis à un corpus réglementaire appelé Data-hub Wiki Normia. Il suffit aux participants de se connecter à la plateforme pour avoir accès aux données. Ainsi, les développeurs accéderont librement aux datas et proposeront, en retour, des applications. À l’inverse du modèle de commission des AppStores, la plateforme sera rémunérée dès qu’une application est ajoutée au catalogue. Le flux de données transportées sera lui aussi rémunérateur : le tarif dépendra du volume véhiculé. Mais il faut encore patienter quelque temps : cet outil ne devrait pas être opérationnel avant la fin de l’année 2017. À suivre… 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous