Témoignage « J’ajuste le niveau de protection de mes blés à ce qu’ils me rapportent »

Terre-net Média

Julien Bournaison, polyculteur à Livry-Louvercy dans la Marne, nous explique sa stratégie pour la culture et la commercialisation de son blé.

Local phyto Pour la protection fongicide, l’investissement de Julien Bournaison dépend du prix du blé. (©Terre-net Média)

« En 2014, j’obtiens de bons rendements en blé, 10 t/ha. Le PS est satisfaisant et le taux de protéines bien au-dessus de 11 %. Mais je n’échappe pas à la dégradation des temps de chute de Hagberg. Ils s’échelonnent de 120 à 250 sec, avec une moyenne à 180 sec. Les réfactions appliquées par Acolyance, ma coopérative, égales à 10 €/t en moyenne, vont entamer mon prix de vente.

Julien Bournaison  (©Julien Bournaison)

Je gère moi-même la commercialisation de ma récolte. J’ai commencé à vendre mon blé 2014 en février 2013 sur le marché à terme, et j’ai déjà engagé une partie de la récolte 2016. Je fixe mon prix objectif d’abord en fonction de mon coût de production que j’estime à 140 €/t. Fin décembre, j’en étais à 70 % de ma récolte vendue à 170 €/t en moyenne. Depuis 2009 que je pratique, j’arrive toujours à me positionner au-dessus du prix moyen de la coopérative.

Je stocke l’intégralité de ma récolte, ce qui me permet de profiter des primes d’expédition directes, comprises entre 5 et 9 €/t de blé. Cela m’apporte en plus une importante flexibilité à la moisson, plutôt que de dépendre des horaires d’ouverture des silos et de livrer en pleine affluence, même si je dois veiller à récolter au taux d’humidité imposé par les contrats. Concernant les prix, j’ai vendu mon blé en 2013 à 190 €/t. En 2014, compte tenu des réfactions, je suis plutôt à 160 €/t. Je perds ainsi 120 €/ha de marge brute au niveau de la Sau globale et 300 €/ha sur la seule culture du blé. 

Je ne ferai pas d’ajustement au niveau des achats de matériels. Je poursuis le plan d’investissement comme il a été défini sur plusieurs années. Par contre, je vais serrer les boulons sur les autres postes : engrais, entretien, phytos… Pour la protection fongicide, l’investissement dépend du prix du blé. L’année dernière, je comptais 70 €/ha pour trois passages. Cette année, je descends à 55-60 €/ha en choisissant des produits meilleur marché pour le premier traitement. J’ai aussi semé des variétés plus résistantes aux maladies pour, si possible, économiser une intervention et ainsi alléger la facture. »

Sondage Terre-net Sondage Terre-net réalisé
du 19 au 26 janvier. (©Tnm)

Phytosanitaires, quelles évolutions pour 2015 ?

Un sondage réalisé sur Terre-net s’intéresse à l’évolution de l’investissement en phytosanitaires pour 2015 en comparaison avec 2014.

Près de 34 % des 1.279 votants prévoient que leur investissement en phytosanitaires n’évoluera pas par rapport à l’année précédente.

Plus de 31 % des répondants ont prévu que l’investissement en produits phytopharmaceutiques augmente en comparaison de 2014 contre 23 % qui devraient le faire évoluer à la baisse.

12 % des répondants ne se prononcent pas.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous