Lu sur le web Des drones pour un meilleur suivi des pratiques agronomiques

Terre-net Média

Face aux contraintes économiques, réglementaires et environnementales de l’optimisation des intrants, la télédétection en agriculture s’avère un marché porteur. En partenariat avec la start-up Airinov, des chercheurs Inra d’Avignon sont impliqués dans une opération pilote d’usage de drones pour la gestion agronomique des parcelles en grandes cultures et en vigne.

DroneRetrouvez les images de la moisson vue du ciel grâce à un drone. (©Terre-net Média)

Les drones permettent de recueillir des informations clés sur des parcelles cultivées et ont prouvé leur efficacité pour caractériser la végétation en blé et colza. Leur usage en orge, maïs ou vigne est aujourd’hui en test. Ces outils de télédétection peuvent devenir de précieux alliés pour l’agriculteur soucieux d’optimiser ses apports azotés.

L’appareil, mis au point par Airinov, permet un survol rapide des parcelles à une altitude comprise entre 20 et 150 mètres. Sa position réelle est connue grâce au Gps embarqué. Une caméra fixée sous l’appareil permet d’enregistrer des images en continu durant le vol. Un capteur installé au sol mesure en parallèle l’intensité du rayonnement incident. Le tout permet de calculer la réflectance spectrale, utilisée pour calculer certaines caractéristiques de la culture.

Des expérimentations en cours sur blé et colza et vigne

Des parcelles cultivées en blé et colza servent aux tests à Auzeville et Mauprévoir-Durantière. Les vols sont effectués à différents stades phénologiques. En parallèle, des mesures directes de la surface des feuilles et du contenu en chlorophylle sont réalisées pour évaluer la précision de la méthode. Les premiers résultats sont très encourageants pour le blé et le colza, avec une précision de l’ordre de 15 % d'évaluation de la surface foliaire, et une très bonne répétabilité.

Des outils prometteurs pour l’agriculture

L’exploitation des images est basée sur l’utilisation d’un modèle physique de transfert radiatif permettant de simuler le signal enregistré par le capteur à partir de la description de la structure du couvert et des propriétés optiques de ses éléments et du sol. Ce modèle est "inversé" pour estimer certaines caractéristiques de la culture (surface foliaire, contenu en chlorophylle) à partir des mesures du drone en chaque point des images. Ces caractéristiques sont ensuite utilisées comme indicateurs dans des règles d’aide à la décision, en particulier pour optimiser la fertilisation azotée. La multiplication des images d’un morceau de parcelle vue depuis différentes directions lors du passage du drone permet également de reconstruire une image 3D du couvert particulièrement utile pour caractériser les cultures en rangs comme la vigne.

Retrouvez l'article en ligne sur le site de l'InraContact scientifique : Frédéric BARET

Pour en savoir plus : Modulation d’intrants - Les drones, une arme redoutable et pas que pour l’armée !

Repéré par les forumeurs - Des drones pour mieux lutter contre les mauvaises herbes

Une étude internationale, menée par le Csic (conseil supérieur des recherches scientifiques espagnol), a abouti à la mise au point de drones capables de détecter les mauvaises herbes en croissance dans les grandes cultures. Les résultats de ce travail, publiés dans la revue Plos One, devraient permettre de réduire l'utilisation des herbicides, en limitant leur usage aux zones infestées, au lieu de réaliser les pulvérisations à l'échelle de la parcelle entière.

Le système développé par Mme Lopez-Granados et son équipe, de l'Institut pour l'agriculture durable du Csic, génère des images multispectrales à très haute résolution spatiale et les analyse pour détecter l'existence de zones infestées. « Grâce aux drones, à l'utilisation de capteurs du spectre visible et proche infrarouge puis d'algorithmes d'analyse d'images, nous avons pu différencier les mauvaises herbes des plantes cultivées, malgré leur apparence très similaire en phase précoce de développement. » 

Retrouvez l'article en ligne derrière ce lien : Des drones pour mieux lutter les mauvaises herbes.

Drone AirinovLe drone permet de caractériser le couvert végétal et d'en déduire les besoins de la culture en azote par exemple. (©F.Barret/Inra)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous