Contre l'excès de pluie 1 200 hectares de serres de grandes cultures en Beauce

Terre-net Média

La culture sous serre est essentiellement dédiée aux cultures de maraîchage et permet le contrôle de différents paramètres pour les cultures. Et si c’était le cas aussi pour les grandes cultures ? La start-up « Crops out of rain » prend le pari fou de mettre sous serre près de 1 200 ha de grandes cultures dans le secteur de Rilleau, en Beauce.

Parcelle de maïs inondéeProtéger les cultures des intempéries ? Un rêve de nombreux agriculteurs qui devient réalisable grâce à "Crops out of rain" (©Fotolia)

Article complété le 1er avril en fin de soirée : Il s'agissait de notre poisson d'avril 2018 ! L'occasion d'un peu de bonne humeur. Rendez-vous au 1er avril 2019 !

Cette année, l’agriculture française n’a pas été épargnée par le climat. Précipitations abondantes, inondations, fortes gelées… Pour contrer cela, la start-up « Crops out of rain », basée à Chartres et lancée depuis novembre 2017, s'est donnée pour mission de mettre les cultures en « sécurité ».

Deux personnes à l'origine de ce projet : Augustin Dubois, agriculteur en Beauce et Aurélien Vienne, ingénieur consultant en serriculture. « L'idée nous est venue de la plateforme de recherche d'Arvalis-Institut du végétal, située à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher) », indique Aurélien Vienne. Cette plateforme est composée de serres mobiles pour l’étude de l’élaboration du rendement en maïs et en blé en situation de stress hydrique. Point de départ de la start-up : développer ce concept à grande échelle pour les champs d'agriculteurs.

Ainsi, "Crops out of rain" permet aux agriculteurs de mettre leurs cultures à l'abri. Les serres pourront recouvrir les parcelles et seront déplaçables grâce à des rails installés en bordure de champ. Un dispositif exceptionnel : les rails peuvent être espacés les uns des autres jusqu'à 350 mètres. La start-up met en avant la possibilité de limiter les dégâts des précipitations sur les cultures, mais aussi celle d'atténuer les fortes gelées, notamment lorsque les cultures se sont désendurcies.

1 200 hectares sous serre

Le concept a déjà convaincu cinq agriculteurs céréaliers de la Beauce, « nous prévoyons de mettre en place les serres mobiles sur leurs exploitations dès l’automne 2019, compte-tenu de l’ampleur des travaux », présente Augustin Dubois. Ainsi ce projet regroupera près de 1 200 hectares de champs dans la Beauce.

« Crops out of rain » travaille en lien avec plusieurs partenaires, notamment Technoserre, entreprise française spécialisée dans la fabrication de serres. L'étude de ce projet a débuté il y a près d'un an et demi, pour concevoir des serres mobiles sur rails adaptables aux dimensions des parcelles.

La start-up est également en lien avec Météus pour doter les serres de stations météo connectées. Au-delà d’une certaine quantité de pluie (fixée par l'agriculteur), la station météo enverrait l’information et ainsi la serre se placerait, automatiquement, au-dessus du champ pour le protéger.

Un développement accéléré ?

Le développement du procédé pourrait même être boosté par des décisions politiques. À Bruxelles, depuis la présentation en novembre dernier des premiers contours de la réforme de la Pac, la Commission européenne envisage un nouveau scénario : abandonner totalement le cofinancement européen des primes d’assurances multiriques climatiques pour financer partiellement les projets d’installation de bâches sur les cultures. À voir si cette option sera retenue dans la proposition législative que Phil Hogan devrait présenter en juin prochain.

Des serres bleues, roses ou violettes ?
À l'annonce de ce projet, des associations s'inquiètent déjà de la dégradation visuelle des paysages... En réponse à ces craintes, des artistes se sont déjà portés bénévoles pour customiser les serres bientôt construites.
Pour voir les premières photos de bâches, cliquez ici.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous