Stratégies fongicides Les Sdhi déjà incontournables

Terre-net Média

En 2013, les programmes de protection de l'orge et du blé contre les maladies font la part belle aux Sdhi. Attention cependant au développement de résistances dont les prémices ont déjà été observés.

Septoriose sur bléDes souches de septoriose sur blé résistantes aux Sdhi ont déjà été identifiées. (©JY Maufras/Arvalis)

Jean-Yves Maufras, ingénieur maladies et méthodes de lutte d’Arvalis-Institut du végétal, décrit le programme classique conduit en 2013 pour la protection du blé tendre contre les maladies : « En T1, un chlorothalonil, Cherokee en tête, en T2, un produit combinant Sdhi et triazole, en l’occurrence plutôt Adexar, et un prothioconazole en T3, cette année Prosaro. Contre les maladies de l’orge, le programme le plus courant se compose d’un passage de cyprodinil (Unix ou Kayak) puis d’un traitement à base de Sdhi et de triazole, le plus souvent bixafen et prothioconazole d’Aviator Xpro.  »

Résistances aux Sdhi

Les Sdhi couvrent aujourd’hui 70 % des surfaces traitées de blé tendre et 80 % en orge d’hiver. Un succès fulgurant après seulement deux années d’existence. Un tel déploiement doit inciter à la prudence quant au développement de résistances. Surtout vu l’intérêt que représente une famille avec un tel niveau d’efficacité. « Le risque de résistance des maladies aux Sdhi existe. La preuve en est, des souches résistantes ont été isolées en 2012 pour deux pathogènes : Pyrenophora teres et Mycosphaerella graminicola. Il est donc important de marteler les recommandations d’usage. » Le spécialiste rappelle par ailleurs que c’est la première fois que des produits sont homologués à des doses aussi faibles. « Mais il semblerait que ce soit les fortes doses qui favorisent le développement de résistances dans leur cas. » La fréquence de traitements joue aussi, d’où la recommandation de n’appliquer qu’un Sdhi par campagne.

Recommandations pour les deux pathogènes concernés :

  • Helminthosporiose de l'orge

Toujours associer les Sdhi et les strobilurines avec des fongicides efficaces présentant d’autres modes d’action (en particulier prothioconazole ou cyprodinil).

Diversifier les modes d’action en pratiquant l’alternance : éviter en particulier les doubles applications de Sdhi, de strobilurines, de prothioconazole, d’époxiconazole et de cyprodinil.

  • Septoriose du blé

Malgré une érosion de l’activité de tous les triazoles au champ, l’époxiconazole, le prothioconazole et le metconazole demeurent les plus efficaces. En revanche, leur action doit généralement être renforcée par des fongicides multisites (chlorothalonil, mancozèbe) ou du prochloraze ou un Sdhi.

Pour limiter la pression de sélection fongicide, en particulier sur les phénotypes émergents, on diversifiera les modes d’actions et les molécules au sein d’un même mode d’action. Ainsi, on limitera les applications de Sdhi à une seule application par saison quelle que soit la dose. Dans le même objectif, l’introduction du chlorothalonil dans les programmes de traitement est recommandée. 

Dossier Spécial Fongicides Terre-net Découvrez le Dossier Spécial Fongicides en cliquant sur le visuel. (©Terre-net Média)

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous