Coopération agricole Axéréal affiche ses ambitions pour 2015 sur l’ensemble de la filière blé

Terre-net Média

Un an après la fusion officielle des coopératives Epis-Centre et Agralys, le groupe coopératif Axéréal veut devenir le deuxième meunier français et compte développer les partenariats à l’international « pour satisfaire la demande des clients » en blé.

Jean-François Loiseau et Philippe de Raynal, président et directeur général d'AxerealJean-François Loiseau et Philippe de Raynal, président et directeur général d'Axereal (©Axereal)

Les deux coopératives de la Beauce et de la Champagne berrichonne s’étaient associées en 2009, avant de fusionner mi-décembre 2013. Un an après, le groupe Axéréal, regroupement d’Epis-Centre et Agralys, affiche des résultats lui donnant « les moyens de ses ambitions ». Avec une collecte de 5 Mt de grains auprès de ses 13.000 adhérents, le premier collecteur de grains en France a vu son résultat d’exploitation augmenter de 9 % sur l'exercice 2013-2014, pour atteindre 43,7 M€, avec un chiffre d’affaires de 3,1 Mds€.

Actuellement quatrième meunier français via sa filiale Axiane, le groupe veut continuer d’étendre sa stratégie « de la semence au client » sur le marché des grains et prendre la deuxième place du classement. Grâce à son partenariat avec Dijon Céréales, le groupe dispose de 11 moulins répartis sur les deux-tiers nord de la France, contre 8 auparavant. Ce partenariat « permettra de passer de 320.000 à 450.000 t de farine produite », ont expliqué Jean-François Loiseau et Philippe de Raynal, respectivement président et directeur général du groupe.

Malteries, silos portuaires, recherche...

Le groupe a investi ces dernières années dans un total de 35 outils de transformation pour la malterie, la meunerie et la nutrition animale et affiche sa vocation exportatrice. « Aujourd’hui, c’est à l’international que sont nos clients et nos potentiels de croissance, assure Jean-François Loiseau. Axéréal investit donc dans les silos portuaires – Rouen, La Rochelle, Fos-sur-mer, Port-la-Nouvelle, Sète – en partenariat avec d’autres coopératives, pour mieux exporter son blé vers l’Italie et les pays du Maghreb.

Axéréal vient tout juste de s’associer avec Tereos pour développer encore l’activité de sa filiale Boortmalt, cinquième malteur mondial équipé de 10 usines pour une production de 1 Mt de malt par an.

En amont de la filière, un autre partenariat avec Limagrain, assorti d’un investissement de 12 M€ d’ici 2017 dans le cadre du pôle de compétitivité "Céréales Vallée", doit permettre au groupe de booster « la recherche de variétés de blé tendre ».

Comme l’ont fait leurs homologues du groupe InVivo, qui ambitionne d’être deux fois plus gros d’ici 10 ans, les responsables d’Axéréal entendent ainsi saisir et étudier toutes les opportunités d’investissement et de partenariat qui se présenteraient. En témoigne l’acquisition, ces derniers mois, de trois silos de stockage en Hongrie et d’un autre en Serbie pour faciliter l’approvisionnement des clients européens.

Le groupe envisage d’autres projets d’implantation d’usines de malterie en Europe. « C’est au prix de ces investissements que nous pourrons satisfaire nos adhérents. Sans investissements, les années difficiles, les blés français, non compétitifs aux yeux de nos clients, resteront dans les silos », explique Jean-François Loiseau.

Axéréal présentera ses ambitions à « toutes les parties prenantes du groupe » le 13 janvier prochain à Orléans.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous