[Sur les réseaux] Foncier et Safer Destiné aux investisseurs chinois, un ancien flyer d'une Safer passe mal

Terre-net Média

[Mise à jour jeudi 10 décembre à 15h40] Jean-Jacques Gaudiche, cofondateur de Terrafine, une coopérative de portage foncier, a exhumé sur les réseaux sociaux un prospectus de la Safer Nouvelle-Aquitaine datant de 2014, écrit en mandarin et promouvant les domaines bordelais auprès des investisseurs chinois. Si la Safer se justifie et assume, le flyer passe mal auprès d’agriculteurs et acteurs du monde agricole.

Pour un salon viticole chinois en 2014, la Safer Aquitaine atlantique avait édité un prospectus en mandarin présentant ses services pour aider les investisseurs chinois à acheter des domaines viticoles français.Pour un salon viticole chinois en 2014, la Safer Aquitaine atlantique avait édité un prospectus en mandarin présentant ses services pour aider les investisseurs chinois à acheter des domaines viticoles français. (©DR)

Expert agricole et cofondateur de Terrafine, une coopérative de portage foncier, Jean-Jacques Gaudiche a ressorti des tiroirs un prospectus de la Safer Aquitaine atlantique – désormais Safer Nouvelle-Aquitaine – pour le moins particulier : il est écrit en mandarin et est destiné aux investisseurs chinois.

« De qui se moque-t-on ? » questionne l’expert foncier sur Twitter à la lecture – après traduction – des messages de la Safer. « No comment…  » réagit-il sur Linkedin.

Sur son flyer, la Safer propose ses services aux investisseurs chinois. assistance dans la recherche d'un bien adapté à leur projet, réalisation des audits, appui à la négociation du prix, obtention immédiate de l'autorisation d'exploitation, aide à la détermination du montage patrimonial.

À la première publication de l'article, Jean-Claude Gaudiche avait transmis à la rédaction une traduction en français de la version chinoise du prospectus, évoquant notamment différents services : assistance pour « évaluer, estimer, apprécier le vignoble que vous souhaitez acheter », assistance pour «  gérer vos problèmes de création de société » , assistance « pour toutes les démarches administratives  » voire bénéfice d'une « fiscalité préférentielle ».  «  » 

Le groupe Safer a réagi en indiquant cette traduction inexacte et renvoyant vers la version française du prospectus, également édité pour la même occasion en 2014. Quelle que soit la traduction exacte de la version chinoise, que la rédaction n'a pu faire vérifier, il s'agit bien d'un « accompagnement personnalisé » proposé aux investisseurs étrangers.

Étonnement et critiques

Des agriculteurs, acteurs du monde agricole, et même Olivier Damaisin, député LREM qui a présenté récemment ses préconisations pour mieux accompagner le mal-être des agriculteurs, ont rapidement réagi.

Sur Twitter, certains critiquent néanmoins l’exhumation d’un document qui ne date pas d'hier, mais de 2014.

Le groupe Safer répond, assume et explique

Sur Linkedin, le groupe Safer a réagi et assume. Voici ce qu’il répond : « La plaquette de la Safer Aquitaine Atlantique qui circule sur les réseaux sociaux est une traduction en mandarin d’un document de présentation des missions et des services de la Safer dans l’accompagnement de la transmission de propriétés viticoles. Cette traduction, également réalisée en anglais, a été produite dans le cadre de la participation de la Safer, au même titre que l’ensemble des acteurs économiques régionaux et de la filière viticole, au salon professionnel international Vinexpo Hong Kong de mai 2014. »

« À l’époque, des investisseurs extérieurs étaient en effet présents sur le marché viticole bordelais, intéressés le plus souvent par des propriétés à vendre depuis longtemps et qui ne trouvaient pas de repreneurs locaux en raison d'un modèle économique difficilement tenable. Professionnels comme négociants rappelaient alors que les Chinois s'inscrivaient dans une lignée d'investisseurs étrangers dans le bordelais, après Anglais, Hollandais, Américains, Japonais, contribuant à son rayonnement historique et au dynamisme économique de la filière. »

Et le groupe Safer de rappeler : « La Safer, société anonyme, sans but lucratif, avec des missions d'intérêt général et sous tutelle des ministères de l’agriculture et des finances, est l’opérateur foncier des politiques publiques du territoire. Dans le cadre de ces instances consultatives et décisionnelles, les acteurs locaux - agriculteurs, élus locaux, organismes environnementaux, État - examinent tous les projets des candidats après appels à candidatures, attribuent les biens et orientent leurs usages dans l’intérêt général. Toutes les décisions prises sont validées par l’État. »

« Le renouvellement des générations en agriculture est une des priorités de la Safer. En Nouvelle-Aquitaine, ces cinq dernières années, plus de 29 000 hectares ont été attribués à 2 100 jeunes agriculteurs dans le cadre de leur installation. De plus, la Safer assure à ce jour le portage de 2 502 ha de foncier pour le compte de 140 jeunes agriculteurs en cours d’installation, pour un montant total de près de 15 millions d’euros. Elle stocke par ailleurs 58 propriétés, soit 716 ha pour 5,5 M€, dans la perspective d’installations. »

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Bernard Charlotin, qui a été à la tête de l’agence Quatuor Transactions pendant 16 ans et désormais fondateur d’un nouveau site web d’immobilier rural, se dit surpris de l’étonnement sur les pratiques des Safer, citant un rapport du CGAAER. « Oui, la Safer a une démarche active envers des investisseurs étrangers et depuis longtemps. Oui, la Safer est le premier opérateur de ventes d'exploitations viticoles à des Chinois en France. Oui, la Safer est intervenue sur la quasi-totalité des 140 vignobles bordelais vendus à des Chinois pour "connaître le prix, imposer un destination agricole durant au moins 10 ans et asseoir l'insertion locale du projet." »

Suite à la première publication de cet article, le groupe Safer a indiqué que la Safer n'était pas intervenue sur la quasi-totalité des 140 vignobles bordelais, mais « elle a accompagné entre un quart et un tiers de ces transmissions, dans les mêmes proportions que son intervention sur le marché foncier viticole ».

Depuis de nombreuses années, les investissements étrangers dans le foncier agricole font débat. En 2017, les achats de centaines d’hectares en région Centre et dans l’Allier par des investisseurs chinois avaient suscité le débat

C’est aujourd’hui la promotion, directement par une Safer, organisme sans but lucratif et sous la tutelle du ministère de l’agriculture, du foncier agricole français auprès d’investisseurs étrangers, qui pose question.

Et vous qu’en pensez-vous ? Réagissez en commentant ci-dessous.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous