Défaillances d’entreprises L’agriculture, « dernier secteur toujours en forte difficulté » en 2017

Terre-net Média

Le nombre de défaillances d’entreprises agricoles a encore progressé de 10 % en 2017 alors que, sur la même période, de très nombreux secteurs d’activité ont vu baisser le nombre de disparitions d’entreprises. L’élevage est le secteur le plus touché, avec des hausses de défaillances de 19 à 38 %.

Portes closedLes redressements et liquidations judiciaires d’entreprises agricoles ont augmenté en 2017 de 9,7 %. (©W.Scott McGill/Fotolia)

L’économie française va mieux. Elle va mieux au regard du nombre de défaillances d’entreprises, indicateur suivi chaque trimestre par le cabinet de conseil Altares, qui évoque pour 2017 la « consolidation du reflux de sinistralité », après la baisse sensible des défaillances en 2016.

Ainsi, les secteurs de la construction, l’industrie, le commerce de détail, les services aux entreprises ou le transport routier voient leur niveau de « sinistralité » baisser en 2017. Les liquidations et redressements judiciaires ont reculé de 10 % dans la construction, de 5 % dans l’industrie, de 17 % dans le commerce de détail, ou encore de 2 % dans le transport routier de marchandise.

Et l’agriculture dans tout ça ? Et bien non. Au regard de cet indicateur, l’agriculture – on pouvait s’en douter – ne va pas mieux. Pire, « l’agriculture est le dernier secteur toujours en forte difficulté », analyse Altares.

Les redressements et liquidations judiciaires d’entreprises agricoles ont augmenté en 2017 de 9,7 % : le cabinet a recensé 584 procédures de sauvegarde, redressements et liquidations dans le secteur des cultures, en hausse de 5,2 %, et 725 en élevage, en hausse de 18,9 % !

Triplement des défaillances en élevage en 10 ans

L’élevage laitier est durement touché (154 défaillances, en hausse de 19 %), et surtout les élevages allaitants (146 défaillances, en hausse de 38 %).

Notons au passage que les procédures collectives recensées par le cabinet Altares sont, globalement, peu utilisées par les chefs d’entreprises agricoles, et, en tout cas, bien moins que dans les autres secteurs d’activité. Ces chiffres ne tiennent évidemment pas compte des arrêts d’activité décidés hors des procédures judiciaires.

Si le nombre annuel de dépôts de bilan d’exploitations en productions végétales est assez constant depuis 2008, entre 540 et 592 cas, ce chiffre a littéralement explosé en élevage. Le nombre annuel de dépôts de bilan en élevage a presque triplé en 10 ans. En 2006, le secteur recensait autour de 250 cas. En 2017, 725 éleveurs ont déposé le bilan.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous