Sécurité alimentaire mondiale La FAO s'inquiète de la hausse de la facture des importations alimentaires

AFP

La FAO s'inquiète des impacts sociaux et économiques sur les pays pauvres de la hausse de la facture des importations alimentaires mondiales, qui augmente malgré une production et des stocks importants, a-t-elle indiqué jeudi.

Alors que les prix des denrées alimentaires sont restés stables, le coût de la nourriture importée est appelé à augmenter en 2017 pour atteindre 1.413 milliards de milliards de dollars, soit une hausse de 6 % par rapport à l'année précédente. Il s'agit d'un « chiffre record », selon le dernier rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans ses perspectives de l'alimentation. Ce type de rapport est publié deux fois par an.

Cette facture importante s'explique par « une hausse de la demande alimentaire internationale et des tarifs de fret », selon la FAO. « Les implications socio-économiques liées à la hausse de la facture des importations alimentaires pour les pays les moins développés et les pays à faibles revenus et à déficit vivrier constituent par ailleurs une vive source d'inquiétude », indique la FAO. « Les coûts d'importation ont considérablement grimpé, donc des factures plus élevées ne veulent pas nécessairement dire que davantage de nourriture a été achetée », souligne Adam Prakash, économiste à la FAO, cité dans le communiqué.

Cette hausse des coûts d'importation survient alors que les stocks sont importants, que les prévisions de récoltes sont bonnes et que l'approvisionnement du marché des denrées alimentaires reste assuré, selon la FAO. Alors que les prix mondiaux du blé sont restés faibles, le prix du blé de force roux de printemps américain, une variété de blé notamment utilisée pour faire des nouilles et des pâtes, était 40 fois plus élevé en juillet 2017 qu'il y a un an. L'indice FAO du prix du beurre a augmenté de 41 % à ce jour, pour ce qui est de l'année 2017, soit trois fois plus que l'indice des prix des produits laitiers, dont il est une composante. Les secteurs de l'élevage et des produits laitiers sont particulièrement dynamiques. La facture des importations de viande devrait atteindre un nouveau record cette année avec 176 milliards de dollars, soit une hausse de 22 % par rapport à 2016. La production mondiale de lait devrait augmenter de 1,4 %, grâce à une hausse de 4 % en Inde.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous