A la place d'Europacity La justice valide la création de la Zac du Triangle de Gonesse

AFP

La justice administrative a définitivement validé la création de la zone d'aménagement (Zac) du Triangle de Gonesse sur des terres agricoles au nord de Paris, où devait s'implanter le mégacomplexe controversé Europacity, abandonné en 2019, selon l'arrêt consulté mercredi par l'AFP.

Dans sa décision, le Conseil d'Etat déboute le collectif d'associations de défense de l'environnement qui avait demandé l'annulation de la création de cette Zac sur ces terres du Val-d'Oise, et donne raison à l'État.

L'aménagement de cette zone coincée entre les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle et du Bourget, qualifiée par le Collectif pour le Triangle de Gonesse, à la tête de la fronde, de « terres les plus fertiles d'Ile-de-France », est au cœur d'une guerre judiciaire.

Le nouveau projet prévoit la construction d'une gare et d'un quartier d'affaires. Des recours sont en cours, à propos notamment du plan local d'urbanisme (PLU) de Gonesse qui ouvrirait la voie à l'urbanisation des terres.

Les multiples procédures engagées n'ont pas empêché des travaux de débuter, en vue de la construction d'une gare du métro du Grand Paris Express sur le site.

En novembre 2019, après des années de débats, Emmanuel Macron avait définitivement enterré Europacity, qui devait être implanté d'ici à 2027, le jugeant « daté et dépassé ».

Fait rare, les syndicats agricoles s'étaient également unanimement déclarés opposés au projet, pesant 3,1 milliards d'euros et promettant 10 000 emplois.

Europacity, porté par Ceetrus, foncière du groupe Auchan, et le conglomérat chinois Wanda, était accusé par ses détracteurs de « gigantisme », de fragiliser le commerce de proximité et de détruire des champs à rebours des préoccupations environnementales.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous