; En matière de pesticides, les intérêts individuels et collectifs s'opposent

Transition agro-écologique « Les agriculteurs sont face à des injonctions contradictoires »

Arnaud Carpon avec AFP Terre-net Média

Selon Xavier Reboud, chercheur en agro-écologie à l'Inrae, de multiples facteurs expliquent la « dépendance de l'agriculture française aux pesticides, constitutive du développement de l'agro-industrie », alors qu'il y a un « intérêt collectif à sortir de la chimie ».

« Les agriculteurs sont face à des injonctions contradictoires : on leur dit "Continuez à produire plus, il en va de notre souveraineté", et en même temps, on leur dit "Produisez propre". »

Alors que le syndicat agricole majoritaire défend le credo « pas d'interdiction sans solution », appuyé en cela par le gouvernement, Xavier Reboud, chercheur en agro-écologie à à l'Institut national de recherche pour l'agriculture et l'environnement  (Inrae) estime que « tant que vous n'interdisez pas les produits vous n'avez aucune raison de développer des alternatives ».

Et, relève-t-il, « chaque fois qu'on améliore un pulvérisateur, on renforce un paradigme qui ne vise pas à sortir des pesticides ». Or, pour la majorité des agriculteurs, qui cherchent légitimement à s'assurer des meilleurs revenus possibles, « les pesticides sont un moyen de production », rappelle-t-il.

« Il est possible de produire demain sans pesticides, mais cela relève d'un choix de société » qui implique de « penser la restructuration des filières » : revenir à des rotations longues de cultures diversifiées, un équilibre polyculture-élevage à une échelle plus locale, favoriser les circuits courts.

Mêmes contradictions dans la gestion de l'eau

Pour illustrer cette contradiction, le chercheur a coutume de donner l'exemple de la gestion de l'eau dans le Grand-Est. Le Bureau de recherches géologiques et minières y analyse l'impact socio-économique de la pollution d'origine agricole de la nappe d'Alsace pour apporter de l'eau à 177 communes et quelque 430 000 habitants.

« Durant certaines périodes, il y a des pics où les seuils de nitrates et résidus de pesticides excèdent les valeurs limites : il faut purifier ou diluer cette eau en puisant dans les nappes profondes pour la rendre propre à la consommation. Le coût de cette action est estimé à 26 millions d'euros sur la période suivie de 15 ans pour cette agence de l'eau », relate le chercheur.

Aux plans économique, sanitaire et environnemental, il serait pertinent « de trouver comment mettre en place des mesures préventives visant une agriculture qui maintienne la qualité de l'eau ». Mais, ajoute-t-il, « s'il y a un intérêt collectif à sortir des pesticides, les intérêts individuels divergent ».

« Dans ce système, malgré la mise en place d'une taxe de redevance pour pollution diffuse appliquée aux achats de pesticides, les pollueurs ne sont pas les seuls payeurs. Et les excès de ces choix sont portés par la société et par la planète. »

« Injonctions contradictoires »

En France, où 70 % des cultures dépendent de la pollinisation par des insectes dont un tiers pourrait disparaître d'ici à la fin du siècle selon l'ONU, l'Etat a adopté en 2008 le plan Écophyto. L'objectif de ce plan, révisé deux fois, est de réduire de réduire de 50 % l'usage des pesticides de synthèse d'ici à 2025.

En 2020, hors produits autorisés en bio et solutions de biocontrôle (utilisant des mécanismes naturels), environ 44 000 tonnes de produits phytosanitaires ont été vendues en France, selon des données provisoires publiées en juillet par le ministère de l'agriculture.

C'est 20 % en dessous de la moyenne 2012-2017, mais 23 % de plus qu'en 2019. Une hausse « temporaire » selon l'exécutif, qui impute cette remontée aux stocks constitués par les agriculteurs anticipant des restrictions. C'est notamment le cas du glyphosate, désherbant aussi controversé qu'efficace, dont le président Emmanuel Macron avait annoncé l'interdiction totale d'ici à fin 2020 avant d'y renoncer. Le reflux est « lent », mais il y a eu des avancées, estime Xavier Reboud. Le gouvernement a notamment encouragé le développement du bio, du biocontrôle et de la robotique.

Mais « tant qu'il reste des pesticides, la comparaison est presque systématiquement en faveur de la chimie pour l'agriculteur au regard des critères presque exclusivement économiques pour juger de ses performances », constate Xavier Reboud, qui rappelle qu'aujourd'hui, « la pollution de la nappe phréatique n'est pas perceptible dans le bilan comptable d'une exploitation ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média