Moisson 2017 Pour les rendements de blé, « la messe est loin d’être dite »

Terre-net Média

Alors que la moisson 2017 a démarré en Charente et Charente-Maritime pour les orges, rien n’est joué pour les perspectives de rendements en blé. Sauf incident climatique majeur, « 2017 pourrait être une année dans la moyenne », selon Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréales de FranceAgriMer.

Au 15 juin 2017, 9 départements ont pris des arrêtés d'interdiction totale de l'irrigation pour certains de leurs secteurs.Au 15 juin 2017, neuf départements ont pris des arrêtés d'interdiction totale de l'irrigation pour certains de leurs secteurs. (©Terre-net Média)

Dans le Gers, la Charente ou la Charente-Maritime, la récolte de l’orge a d’ores et déjà démarré. Et à l’approche de la maturité des blés, l’appréhension quant aux rendements et aux qualités commence à monter. « Les blés sont actuellement en période de remplissage », note-t-on à FranceAgriMer, lors du conseil spécialisé céréales. « La messe n’est pas encore dite. » Selon l’établissement, l’avancement de l’état des cultures est, pour le moment, sur un calendrier de la moyenne des cinq dernières années. « Les chaleurs attendues ces prochains jours pourraient faire gagner quelques jours au calendrier moyen.

En termes de rendements, « 2017 devrait être une année dans la moyenne », prévoit Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréales de FranceAgriMer. Avec néanmoins un risque d’échaudage qu’il ne faut toujours pas exclure.

Pour les céréales de printemps, comme pour les autres cultures, certaines craintes concernant la ressource en eau sont d’ores et déjà exprimées. « Sur la façade Aquitaine, les producteurs commencent à irriguer. Mais en l’absence de pluie ces prochains jours, les interrogations apparaissent sur les capacités à irriguer. » Certains bassins sont déjà en interdiction totale d'irrigation, en Charente et Charente-Maritime. Selon Propluvia, le site recensant les arrêtés de restriction de l'usage de l'eau, des interdictions sont déjà en cours dans plusieurs départements, notamment en Seine-maritime, dans les Ardennes, la Marne, ou encore dans les départements de l'ancienne région Poitou-Charentes.

Dans le Grand Est également, certains producteurs s’inquiètent. « En Bourgogne et en Lorraine, particulièrement en Moselle, les recharges hydriques ont été moindres. Dans ces secteurs, les résultats dépendront de la profondeur des terres. »

Etat des arrêtés de restriction de l'usage de l'eau au 15 juin 2017

Carte des arrêtés départementaux de restriction de l'usage de l'eau au 15 juin 2017Carte des arrêtés départementaux de restriction de l'usage de l'eau au 15 juin 2017 (©Propluvia) 

Légende :
Vigilance (en gris) : Information et incitation des particuliers et des professionnels à faire des économies d'eau ;

Alerte (en jaune) : Réduction des prélèvements à des fins agricoles inférieure à 50 % (ou interdiction jusqu'à 3 jours par semaine), mesures d'interdiction de manœuvre de vanne, d'activité nautique, interdiction à certaines heures d'arroser les jardins, espaces verts, golfs, de laver sa voiture, ...;

Alerte renforcée (en orange) : Réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50 % (ou interdiction supérieure ou égale à 3,5 jours par semaine), limitation plus forte des prélèvements pour l'arrosage des jardins, espaces verts, golfs, lavage des voitures, ..., jusqu'à l'interdiction de certains prélèvements ;

Crise (en rouge) : Arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles. Seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires sont autorisés (santé, sécurité civile, eau potable, salubrité)
Retrouvez le détail des arrêtés préfectoraux, et notamment les secteurs concernés sur le site Propluvia du ministère du développement durable .

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous