Se reconvertir hors de l'agriculture 1/2 Une décision pas seulement liée à des soucis économiques

Terre-net Média

Chaque année, 10 000 agriculteurs cessent leur activité avant la retraite, que ce soit par contrainte ou volontairement. À l'origine de cette décision, souvent difficile à prendre : des problèmes économiques certes, mais de plus en plus d'autres facteurs.

agriculteur dans un champ de bleLes raisons, qui poussent les agriculteurs à changer de métier, évoluent. (©Olena Mykhaylova/Fotolia)

Prix et revenu agricoles qui baissent et, à l'inverse, charge de travail et contraintes environnementales, administratives, sociétales qui augmentent : si ce contexte démotive certains agriculteurs, beaucoup se refusent à abandonner leur vocation depuis toujours. Le projet de toute une vie, et souvent un patrimoine transmis de générations en générations, dans lequel ils ont investi beaucoup de temps et d'argent. 

Or pourquoi dans le monde agricole, ne pourrait-on pas se reconvertir comme dans d'autres secteurs ? Que ce soit à cause de problèmes, financiers ou autres, ou par simple envie de changer d'horizon. Les raisons, qui poussent les agriculteurs à changer de métier, ne sont plus les mêmes qu'avant, constate Christian Barbier, chef du service économie des entreprises à la chambre d'agriculture de Bretagne.

Comment se reconvertir hors de l'agriculture ? Réponse dans un prochain article.

Des raisons de plus en plus variées

« Lors des formations "Continuer ou se reconvertir" que nous organisons sur trois jours en partenariat avec les MSA bretonnes (2/an dans chaque département), nous observons un changement de profil des stagiaires. Il y a quelques années, ils venaient avant tout parce qu'ils rencontraient des difficultés financières sur leurs exploitations, des cessations de paiement notamment. Aujourd'hui, les motifs sont de plus en plus variés : soucis de santé pour 20 % des participants, familiaux pour 20 % également, d'entente entre associés pour 10 %, et économiques pour 20 % seulement, d'après une enquête réalisée l'année dernière. »

Un phénomène, qui ne s'amplifient pas malgré la crise agricole, mais devient multifactoriel (soucis économiques, de santé, familiaux, d'entente entre associés...)

Écouter l'interview vidéo de Christian Barbier, réalisée par Delphine Jeanne lors de l'édition digitale du Space 2020 :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.

Ainsi, selon Christian Barbier, le phénomène ne s'amplifie pas malgré la crise agricole qui perdure mais il devient multifactoriel. Les deux indicateurs qui permettent de l'évaluer restent en effet stables :

  • le nombre d'exploitants agricoles bénéficiaires de l'aide à la reconversion professionnelle (ARP) de l'État (créé par le ministère de l'agriculture, Vivea et Pôle Emploi, NDLR), octroyée dans tous les secteurs économiques,
  • et celui des cessations d'activité anticipées fournis par la Mutualité sociale agricole.

« En Bretagne, le premier chiffre ne dépasse pas une centaine par an et le second a évolué de - 1,5 % sur les 10 dernières années. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous