WineParis-Vinexpo Taxes de Trump sur le vin: « C'est comme si la foudre nous était tombée dessus »

AFP

Les taxes américaines, « c'est comme si la foudre nous était tombée dessus » : les viticulteurs français sont sous le choc des taxes douanières imposées par l'administration Trump sur leurs vins. Les importateurs américains aussi.

L'administration Trump surtaxe depuis le 18 octobre de 25 % les vins tranquilles français, espagnols et allemands, en représailles au traitement préférentiel que l'UE accorderait selon elle au constructeur aéronautique Airbus. À part la Champagne, toutes les régions viticoles françaises sont touchées.

Cela a stoppé net l'envolée des vins français sur leur premier marché à l'exportation, en particulier celle des rosés.

« Certains importateurs qui attendaient des vins pour les fêtes de fin d'année ont dû payer un transport par avion à la dernière minute pour tenter d'échapper à la taxe, qui s'est appliquée à partir du 17 octobre à minuit », raconte Gabrielle de Magliane, importatrice et distributrice, qui a des entrepôts au Texas et à Los Angeles. Elle-même a « arrêté immédiatement toutes les commandes », explique-t-elle à l'AFP au salon WineParis-Vinexpo, qui se tient cette semaine à Paris.

Importateurs, distributeurs... vu le nombre d'intermédiaires, une surtaxe de 25 % équivaut à une hausse de 60 % à 70 % en magasin, estime Michel Chapoutier, grand négociant et producteur de la vallée du Rhône.

Risque pour l'emploi aux États-Unis

« Si demain les taxes américaines devaient passer à 100 % », comme la rumeur a couru en janvier-février en rétorsion à la taxe numérique française, « c'est bien simple, je mets la clé sous le paillasson », prévient le Québecois Serge Doré, importateur et distributeur (Serge Doré sélections) installé à New York.

« Une taxe à 100 % ferait perdre beaucoup d'argent et d'emplois aux États-Unis ; on parle de 800 000 emplois en moins aux États-Unis, ce qui devrait faire réfléchir le gouvernement avant d'appliquer de nouvelles taxes en pleine année électorale », tente-t-il de se rassurer.

Le ministre français de l'agriculture Didier Guillaume a affirmé pour sa part lundi, lors de l'inauguration du salon parisien, qu'il n'y aurait pas de taxe à 100 %, se déclarant solidaire des viticulteurs français « 100 % victimes ».

Néanmoins, quand la profession viticole réclame un fonds de compensation de 300 millions d'euros, il renvoie à Bruxelles : « Nous demandons une aide compensatoire à l'Europe et une aide pour financer les promotions de vins français à l'étranger ».

La taxe de 25 % est d'autant plus difficile à digérer pour les viticulteurs que le marché américain est complexe à pénétrer. Il demande beaucoup d'investissements marketing pour s'adapter aux régulations différentes d'un État américain à l'autre : certains dépendent d'un monopole pour l'achat de l'alcool, d'autres sont plus libéraux.

Développer l'œnotourisme

Serge Doré essaie de passer entre les gouttes. Aux uns, il propose du côtes-du-rhône à plus de 14 degrés d'alcool, qui n'est donc pas touché par la taxe. « J'ai 12 000 bouteilles en "stand-by", les acheteurs attendent la mi-février pour être sûr qu'il n'y aura pas de taxe supplémentaire. » Avec les autres, il négocie un partage du surcoût entre producteur, importateur et distributeur, pour éviter l'explosion du prix final pour le consommateur. Selon lui, l'État de Pennsylvanie a ainsi compensé une partie de la hausse de taxe sur un millier de caisses.

Gérard Bertrand, viticulteur du Languedoc et gros exportateur de rosé aux États-Unis, a adopté la même stratégie. Sa filiale d'importation américaine a pour l'instant absorbé le prix de la taxe, pour « ne pas perdre de part de marché », dit-il à l'AFP.

Pour Pascaline Lepeltier, meilleure sommelière du monde l'an dernier, qui travaille à New York, il est impossible d'augmenter les prix de 10 à 20 euros la bouteille, d'autant qu'il y a maintenant d'excellents vins partout.

Thorsten Hartmann, analyste spécialisé dans les taxes douanières de l'institut britannique IWSR, a aussi prévenu les viticulteurs français lors d'une table ronde durant le salon : « Vous n'êtes pas irremplaçables aux yeux du consommateur américain. »

Une solution évoquée : développer l'œnotourisme. Si les Américains ne peuvent plus boire de vins français chez eux, ils pourraient venir en vacances pour en déguster. « Mais alors il faudrait développer les infrastructures, car lorsque j'emmène un groupe d'Américains à Saumur, j'ai du mal à trouver des transports en commun », nuance Pascaline Lepeltier.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous