Etats généraux de l’alimentation Accord trouvé pour une contractualisation inversant la construction du prix

Terre-net Média

Lors d’une table ronde organisée par l’APCA sur les Etats généraux de l’alimentation, Serge Papin, coprésident de l’atelier 5 sur la meilleure rémunération des producteurs, a annoncé un accord unanime des participants pour une « nouvelle contractualisation » dans la chaîne alimentaire « renversant la construction du prix ». Le président de Système U fustige les propos de Michel-Edouard Leclerc sur une prétendue hausse des prix.

[Vidéo] Serge Papin : « Les prix agricoles seront désormais au début de la relation contractuelle »

(Cliquez sur la vidéo pour la démarrer)

« Je suis porteur d’une bonne nouvelle », a déclaré Serge Papin, président de l’atelier 5 sur la rémunération des agriculteurs , en introduction de son intervention devant les présidents des Chambres départementales et régionales d’agriculture.

Participant à une table ronde organisée par l’APCA sur les Etats généraux de l’alimentation , le patron de Système U a annoncé que l’atelier 5 proposerait « une nouvelle contractualisation  ». « Nous avons bouclé un projet de contractualisation basé sur un nouveau modèle : on inverse la construction du prix en partant de la production ». Ce nouveau schéma de contractualisation, que la FNPL notamment appelait de ces vœux , devra s’établir « sur la base d’indicateurs de prix fournis par les interprofessions, FranceAgriMer ou l’observatoire de la formation des prix et des marges. »

Les propos de Michel-Edouard Leclerc créent un tollé

La soixantaine de participants de l’atelier 5 partagent cette proposition. « C’est un accord qui sera plus en phase avec les coûts de revient à la production ».

« Nous voulons avancer avec cela de manière constructive. Mais pour aller au bout, il faut que l’atelier 7 débouche sur une révision du seuil de revente à perte et une meilleure régulation des promotions. » Sur ces deux problématiques, Serge Papin en a profité pour fustiger, sans le citer nommément, l’attitude de Michel-Edouard Leclerc. Ce dernier explique qu’une révision du seuil de revente à perte et une plus grande régulation des promotions ferait grimper sensiblement les prix pour les consommateurs . « Ceux qui disent cela sont des menteurs, a-t-il insisté. C’est faux de dire que les prix vont augmenter de 15 %. » Avant de prévenir le monde agricole : « Attention, car la machine médiatique sur ces propos est déjà lancée. Il va falloir tenir nos positions ». 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous