Produits phytosanitaires JA pour les CEPP mais contre l’interdiction des néonicotinoïdes

Terre-net Média

JA affirme son indépendance à l’égard de la FNSEA au sujet des certificats d’économies de produits phytosanitaires, mesure mise en place dans le cadre du plan Ecophyto 2. Mais JA reste sur la ligne du syndicalisme majoritaire pour dénoncer le projet d’interdire les néonicotinoïdes.

« La crise que nous, agriculteurs, traversons, ne doit pas être le prétexte à se débarrasser des enjeux de fond, explique Jeunes agriculteurs dans un communiqué. Depuis l’élaboration du  rapport Potier et du plan Ecophyto 2, Jeunes Agriculteurs soutient le principe des certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP). Comment s’opposer à un système qui, pour une fois, ne pénalise pas les exploitants, met l’amont de la filière dans une dynamique de progrès et prend en compte les pas de temps nécessaires à l’évolution des pratiques agricoles ? »

« Pour Jeunes Agriculteurs, les CEPP ont du sens. Les dernières retouches apportées par le Premier ministre (expérimentation pendant trois ans et réduction notable des sanctions pour les distributeurs qui ne joueraient pas le jeu) vont dans le sens d’une approche responsable de l’agriculture. Les polémiques doivent cesser et les CEPP doivent être expérimentés ! »

En affirmant sa position, Jeunes agriculteurs affiche un peu plus son désaccord avec la FNSEA qui, à travers ses associations spécialisées rassemblées au sein d'Orama, s'oppose farouchement à la mise en place des CEPP.

Ne pas subir d'impasses techniques

« Comment comprendre en revanche la stratégie actuellement menée sur les néonicotinoïdes ? Profitant du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de nombreux parlementaires déposent des amendements visant à interdire l’utilisation des néonicotinoïdes à l’horizon 2017. Il existe un établissement public, l’Anses, qui est chargé d’évaluer les produits phytosanitaires. En passant outre ses avis, le risque est grand de décrédibiliser et fragiliser cette instance. Or, si l’Anses a été créée, c’est bien pour éviter les débats passionnels et fournir une véritable analyse objective et scientifique. »

« Aucune interdiction ne doit conduire les agriculteurs à des impasses techniques. Les impasses techniques nous empêchent de produire, tuant nos exploitations et nos agriculteurs à petit feu, et favorisant au contraire les importations de produits étrangers alignés sur le moins disant environnemental, trompant ainsi aussi le consommateur. »

« Des efforts objectifs et conséquents sont faits par les agriculteurs depuis les années 90, avec notamment une diminution de 45 % de l'utilisation des produits phytosanitaires . C'est une avancée énorme. Jeunes Agriculteurs continue de s'inscrire dans une démarche de progrès, réaliste et efficace. »

« Plutôt qu’une interdiction dont le seul but est de complaire à certains électorats, Jeunes Agriculteurs demande à ce que des moyens conséquents soient mis sur la recherche tant publique que privée, dans la même logique que les CEPP, afin de mettre en mouvement l’ensemble des filières et identifier des solutions alternatives et innovantes applicables sur l’ensemble des exploitations de la ferme France. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous