Vœux 2018 La FNSEA veut mieux s'occuper des agriculteurs en difficulté en 2018

AFP

Le principal syndicat agricole français, FNSEA, souhaite mieux s'occuper des agriculteurs en difficulté en 2018 et s'attend à ce que le projet de loi sur les prix censé les défendre contre la distribution soit présenté le 31 janvier en conseil des ministres.

« Notre objectif en 2018 est de mieux accompagner les agriculteurs qui décrochent, notamment les céréaliers du centre de la France pour lesquels 2017 a été une année compliquée avec des prix du blé très bas » a déclaré la présidente de la FNSEA mardi lors de ses vœux à la presse. « Nous aurons une attention particulière » avec un « accompagnement personnalisé » pour « le quart inférieur » des agriculteurs en difficulté, ceux qui « décrochent », « afin qu'ils remontent à la moyenne » a ajouté Christiane Lambert.

Elle a confirmé que le nombre de faillites dans l'agriculture a continué d'augmenter (+ 6,7 %) en 2017 alors qu'il baisse dans le reste des entreprises françaises. Pour aider les agriculteurs, la FNSEA va notamment travailler sur un projet de refonte de la fiscalité agricole qu'elle aimerait voir intégrer dans la loi de finances 2019. « Nous demandons la possibilité de constituer une épargne de protection défiscalisée qui serve aux agriculteurs à se protéger contre les mauvaises années de récolte », a dit Christiane Lambert. « Pour cela, nous devons commencer à travailler dès mars-avril de cette année. »

De nombreux agriculteurs en difficulté vont aussi être orientés vers des stages pour apprendre à piloter des exploitations agricoles en « période d'aléas ». « 20 % des producteurs laitiers » ont suivi de tels stages, a dit Christiane Lambert. « Nous avons besoin d'accompagner les agriculteurs, car ils n'ont pas appris à réagir aux crises à l'école. »

La loi sur les prix, décidée dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation qui doit être adoptée par ordonnances, devait être « présentée en conseil des ministres le 31 janvier » a indiqué la responsable, qui aurait préféré une loi encore plus rapide.

Sur le dossier des phytosanitaires, Christiane Lambert a souhaité que le plan Ecophyto 2 adopté sous la présidence Hollande - qui prévoyait de réduire de 25 % l'utilisation des pesticides d'ici 2020 et de 50 % d'ici 2050 - « continue de vivre ». « Zéro phyto sous serre, on sait faire, mais zéro phyto en plein champ, cela prendra du temps », a relevé Christiane Lambert à l'adresse de ceux qui réclament une suppression totale des pesticides dans l'agriculture.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous