Loi Egalim 2 Les PME agroalimentaires s’estiment « sacrifiées »

Terre-net Média

Après l’adoption de la proposition de loi dite Egalim 2 par l’Assemblée nationale, la Feef alerte sur l’oubli des spécificités des PME agroalimentaires dans les mesures qui permettent de sécuriser les tarifs, et rappelle la nécessité de répercuter les coûts agricoles et les coûts de transformation à la grande distribution.

La proposition de loi de Grégory Besson-Moreau, qui vise à améliorer la loi Egalim en sécurisant mieux le revenu des agriculteurs, a été adoptée le 24 juin par l’Assemblée nationale. Pour les PME agroalimentaires, ce texte n’a pas pris en compte l’appel en faveur d’un prix rémunérateur pour tous : « il n'y a eu aucune prise en compte des spécificités des fabricants PME qui représentent 98 % des entreprises agroalimentaires », déplore ainsi la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef).

« En effet, il ne pourra y avoir de revalorisation des revenus des agriculteurs sans le respect du tarif des industriels PME qui sont les premiers transformateurs de la matière première agricole d'origine française », ajoute la Feef, pour qui les PME agroalimentaires françaises sont « sacrifiées » par cette proposition de loi.

L’organisation redoute notamment l’exclusion des PME des rayons de la grande distribution, au profit de grands groupes et de multinationales, en contradiction avec l’objectif de souveraineté alimentaire affiché par le gouvernement.  


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous