Revenus agricoles 2013 Opg : « En parallèle des résultats lamentables, toujours plus de contraintes »

Terre-net Média

Pour la branche céréalière de la Coordination rurale, le verdict de la commission des comptes de l’agriculture de la Nation est « accablant ».

« La Commission des Comptes de l’Agriculture de la Nation (Ccan) a rendu aujourd’hui son rapport final sur les résultats comptables des exploitations agricoles pour la campagne 2013.

En ce qui concerne les cultures céréalières et les oléoprotéagineux, le verdict est accablant. Entre le résultat courant avant impôt (Rcai) moyen de la période 2010 – 2012 et ce résultat de 2013, la baisse du revenu des agriculteurs serait de 56 %, aggravée de 10 % par rapport aux chiffres prévisionnels publiés en décembre 2013.

L’importation sans droit de douane de plus de 10 millions de tonnes de maïs ukrainien a saturé le marché européen des céréales, obligeant la France à dégager plus de blé sur le marché mondial et faisant donc chuter les cours au second semestre 2013. Depuis juillet 2013, les producteurs de grains savaient que leur revenu serait en chute libre. Dès lors, ils n’ont pas compris, lors du règlement français de la Pac, l'acharnement du ministre de l’Agriculture sur leur secteur.

La pénalisation des aides des grandes cultures ne solutionnera pas les défauts structurels des autres secteurs. Le saupoudrage ne résoudra rien et enfoncera définitivement tout un pan agricole qui concerne de près ou de loin la majorité des agriculteurs.

Avec une baisse de plus de 20 % des aides dans l’avenir et sans une perspective favorable des cours des matières premières, le secteur des grandes cultures deviendra à courte échéance hautement sinistré.

En parallèle de ces résultats comptables lamentables, les contraintes administratives ne cessent de fleurir. Les réglementations sur l’eau, l’énergie, les fertilisants, les phytosanitaires deviennent chaque jour plus insoutenables et pénalisantes pour nos exploitations.

Des situations de dépôt de bilan et des agriculteurs en grande détresse : voici l’avenir que nous prépare la future Pac.

L’Organisation des Producteurs de Grains et la Coordination Rurale rappellent à M. Le Foll que la France est le principal producteur de grains européen et qu’à ce titre il doit défendre les producteurs face à leur filière qui fait ses affaires en déstabilisant les marchés pour faire chuter les prix et ainsi marger deux fois : à l’import et à l’export !

Les céréaliers ne peuvent pas perdre sur les trois tableaux (prix, aides et contraintes). Le rôle de la France est de réclamer plus de protection sur le marché européen et de faire refuser les accords de libre-échange afin que les céréaliers puissent à nouveau vivre du fruit de leur travail. L’excédent agricole sera ainsi conforté et l’agriculture coûtera moins cher au budget de l’Etat. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous