Crise de l’agriculture bio
La Conf’ appelle le gouvernement à soutenir les agriculteurs bio en urgence

Dans la crise que traverse aujourd’hui la filière biologique, l’Etat a sa part de responsabilité, estime la Confédération paysanne, qui fustige la suppression de l’aide au maintien dans la Pac, ainsi que « le dénigrement systématique de la certification AB et sa mise en concurrence organisée, notamment par les pouvoirs publics, avec des pseudos pratiques agro-environnementales », faisant allusion à la HVE.

Face à cette situation, le syndicat demande au gouvernement de prendre des mesures d’urgence pour soutenir la filière : aide conjoncturelle forfaitaire à destination des producteurs et des productrices bio, faire respecter la part de 20 % de produits bio en restauration collective, prévue par la loi Egalim, et mettre en place des outils d’anticipation et de gestion de crise : « nous avons besoin de chiffres transparents pour l’ensemble de la filière basés sur un travail approfondi de FranceAgriMer, et plus seulement issus des déclarations des opérateurs », explique la Conf’.

« Au moment où l'urgence climatique et énergétique exige des adaptations, l'agriculture biologique a de nombreux atouts. Il est donc incompréhensible que le gouvernement n'intervienne pas en urgence pour suppléer à l'incapacité des marchés à rémunérer les paysan.nes engagé.es en agriculture biologique », insiste le syndicat.

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 25 réactions