Devant l'école Hectar de Xavier Niel
Un rassemblement contre la privatisation de l'enseignement agricole

Mardi en fin de matinée, une banderole « Hectar Bobards, machine à dollars » s'étalait sur la barrière marquant l'entrée du Domaine de la Boissière, un ensemble de plus de 600 hectares au sein de la vallée de Chevreuse (Yvelines) où s'est installé l'école Hectar. Présentée comme le « plus grand campus agricole du monde », elle a été fondée par Xavier Niel et une ex-conseillère d'Emmanuel Macron, Audrey Bourolleau, qui participe activement à sa campagne sur les questions d'agriculture et d'alimentation.

Sous les drapeaux de leurs différents syndicats, les protestataires dénoncent « l'opacité » du projet y voyant une « coquille vide » qui ne délivre ni diplôme ni formation qualifiante. « On a beaucoup de mal à savoir ce qu'ils font », déplore auprès de l'AFP Olivier Bleunven, secrétaire général adjoint du SNETAP-FSU, syndicat de l'enseignement agricole public. « Leurs formations sont hors contrat et n'ont jamais été présentées devant aucune instance de l'enseignement agricole », remarque-t-il.

Interrogé, « le ministre (de l'Agriculture) répond qu'il s'agit d'une initiative privée sur laquelle il n'a pas la main », rapporte à l'AFP Clémentine Mattéi, co-secrétaire générale du SNETAP-FSU. Un argument contesté puisque l'école, qui est une association d'intérêt général, sera éligible aux fonds de la formation professionnelle, dit-elle.

De son côté la porte-parole d'Hectar, Valérie Fuchs, rappelle que ce campus « ne marche pas sur le terrain historique » de l'enseignement agricole, puisque « ce n'est pas une école » mais « un campus hybride sur lequel il y a des startups, des codeurs et développeurs, des apprenants » qui accueillera quelque « 2 000 personnes par an ».

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 1 réactions