Ukraine Agritel estime une baisse de 17,6 % de la récolte de maïs 2014

Terre-net Média

Les agriculteurs ukrainiens doivent faire face à une dévaluation de la grivna, devise locale, qui a perdu 50 % de sa valeur depuis trois mois et à des restrictions d’accès aux crédits. Le coût de production d’un hectare de maïs est dorénavant supérieur de 50 % à celui des autres céréales et oléagineux cultivés dans le pays.

« Notre bureau à Kiev a revu la récolte de maïs ukrainienne pour 2014 en recul de 17,6 % par rapport à 2013 », annonce Michel Portier, directeur général du cabinet Agritel, expert sur les marchés européens des matières premières agricoles. Les deux tiers de la production du pays étant destinés au marché mondial, l’Ukraine tient une place majeure sur la scène internationale.

« Cette baisse de la production est la conséquence directe de la crise que le pays traverse. Les producteurs locaux doivent faire face à une dévaluation de la grivna, devise locale, qui a perdu 50 % de sa valeur depuis trois mois et à des restrictions d’accès aux crédits. Ces difficultés financières notables ajoutées à des marges décevantes sur la dernière campagne contraignent les producteurs à privilégier des cultures à bas coûts. »

« Nos équipes présentes en Ukraine évaluent que le coût de production d’un hectare de maïs est 50 % plus élevé que pour les autres céréales et oléagineux cultivés dans le pays », explique Michel Portier. Conséquence directe : un recul de la sole de maïs pour la première fois depuis cinq ans.

A cela s’ajoutent les risques climatiques : « alors que les semis de maïs débutent à peine sur les bords de la mer Noire, le déficit hydrique est de 50 % sur les derniers mois », ajoute Michel Portier. Si la pluie se fait trop attendre, la récolte de maïs ukrainienne sera d’autant plus affectée.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous