; Seulement la moitié des maïs français sont encore jugés bons

L'info marché du jour La sécheresse a fortement dégradé les maïs

Terre-net Média

Le dernier rapport hebdomadaire de FranceAgriMer sur l'état des cultures abaisse à 50 % les surfaces françaises de maïs jugé "bon à très bon". On n'avait pas vu un niveau si bas depuis l'été 2011.

Maïs abîmés par la sécheresseLa sécheresse laisse les maïs français dans un état préoccupant. (©247dotAg, Twitter)

La forte vague de chaleur qui a touché l’Hexagone sur la première quinzaine d’août a laissé des traces sur les maïs.

Pour la semaine allant du 9 au 15 août, le service Cereobs de FranceAgriMer fait état d’une nouvelle dégradation de la culture : les surfaces en maïs jugées dans un état « bon à très bon » chutent à 50 %, contre 53 % la semaine précédente… et 91 % l’année dernière à la même période.

Conditions 50 % des maïs français sont actuellement jugés dans un état « bon à très bon ». C’est le niveau le plus bas observé à cette période de l’année depuis 2011. (©FranceAgriMer) Ce chiffre cache d’importantes disparités, avec moins d’un tiers de maïs « bons à très bons » en Île-de-France et en Bretagne, et plus de 75 % dans le Grand est.

« L’arrivée de pluies en cette seconde partie du mois d’août risque d’être bien trop tardive pour pleinement relancer les potentiels », déplore Marius Garrigue sur Terre-net.

Plus largement, la production est annoncée en forte baisse à l’échelle européenne. Le département américain de l’agriculture (USDA) a réduit sa prévision de la récolte communautaire et l’évalue désormais 60 Mt, soit une chute de 11 Mt par rapport à la récolte 2021 et la plus faible depuis 2015.

L’UE devra donc davantage importer que d’habitude. Quant aux États-Unis, leur potentiel d’export a été revu à la baisse à cause d’une production elle aussi entachée par une dégradation des conditions de culture.

En Amérique du Sud, le Conab brésilien a récemment revu à la baisse ses prévisions pour la campagne 2021/2022 toujours en cours, à cause d’une seconde récolte de maïs en repli.

La Russie devrait tirer son épingle du jeu de cette situation, et exporter plus que prévu sur la campagne 2022/23 grâce à une production de maïs 2022 revue à la hausse par l’USDA.

Côté Ukraine, le corridor d’exportation récemment mis en place pourrait, selon l’USDA, permettre d’expédier pas moins de 12,5 Mt de maïs sur 2022/23, contre une estimation de 9 Mt en juillet dernier… mais un niveau d’exports qui oscillait avant-guerre entre 25 et 30 Mt.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média