Euronext Les céréales affectées par la canicule

AFP

Les prix du blé s'inscrivaient légèrement en retrait vendredi en milieu de journée, à l'approche de seuils de prix symboliques malgré l'impact de la canicule sur l'ensemble des céréales, selon l'organisme public FranceAgriMer qui a revu à la baisse ses estimations de conditions de cultures.

Dans son rapport Céré'Obs sur l'état des cultures au 1er juillet, FranceAgriMer a nettement révisé les notes des cultures de blé tendre, qui baissent de cinq points, avec 75 % de cultures « bonnes à très bonnes » (80 % la semaine passée et 73 % en 2018 à ce stade). Celles des orges d'hiver sont abaissées de 2 points, à 73 % (75 et 71), du blé dur de 1 point, à 70 % (71 et 64), et des orges de printemps de 10 points, à 76 % (86 et 76). Le maïs, quant à lui, est abaissé de 3 points, à 79 % (82 et 74).

Côté avancées, la récolte d'orge d'hiver atteint 22 % (1 et 76), celle de blé dur 6 % (0 et 7), alors qu'elle démarre en blé tendre (3 en 2018). En maïs, le stade 6/8 feuilles atteint 98 % (96 et 98).

En Algérie, l'autorité publique d'achat a acheté 360 000 tonnes de blé meunier, « sans doute français », estimait pour sa part le cabinet Inter-Courtage. Peu avant 14 h (12 h GMT) sur Euronext, le prix de la tonne de blé était en recul sur l'échéance rapprochée de septembre 2019, où il se heurtait au seuil technique de 180 euros la tonne, cédant 50 centimes à 179 euros. Il reculait de 25 centimes sur l'échéance de décembre à 183,50 euros, pour un peu moins de 6 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée, tant sur l'échéance rapprochée d'août à 177,25 euros, que sur celle de novembre à 174,25 euros, pour moins de 100 lots échangés. Sur le marché physique, les céréales étaient globalement en recul.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous