Pommes de terre « Ne fragilisons pas nos marchés », prévient le CNIPT

Terre-net Média

Dans un communiqué transmis ce jeudi 9 avril, Luc Chatelain, président du CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre), lance un appel à l’ensemble des acteurs de la filière pommes de terre. Il demande de ne pas engager sur le marché du frais, des opérations de dégagement de pommes de terre qui n'y étaient pas initialement destinées, au risque de fragiliser la filière.

Pommes de terre Le marché du frais est régi par un cahier des charges précis auquel il est impossible de déroger, estime le CNIPT. (©Pixabay)

« En fonction des informations dont nous disposons aujourd’hui, après évaluation des stocks en frais et de l’offre pommes de terre primeur et nouvelle récolte disponible à date et dans les prochaines semaines, au nom du CNIPT, je peux affirmer que la France ne manquera pas de pommes de terre pour l’approvisionnement des magasins et l’alimentation des consommateurs », annonce Luc Chatelain.

La filière française des pommes de terre vendues à l’état frais est parvenue à s’adapter rapidement et répondre en très peu de temps à la forte demande. 

Luc Chatelain explique avoir « conscience des difficultés économiques rencontrées par certains opérateurs, en frais pour ceux qui ont principalement comme clients des grossistes et des restaurants, mais aussi en industrie. Pour eux, les débouchés attendus sont limités ou ne sont pas au rendez-vous. » 

Pour autant, le CNIPT juge « inacceptable d’engager sur le marché du frais français, des opérations de dégagement de pommes de terre qui n’étaient pas initialement destinées à notre marché ».

Alors que le marché est actuellement équilibré, ces volumes risqueraient de provoquer un excès d’offre. « Tout déséquilibre aurait comme conséquence de fragiliser notre filière. »

Le président rappelle par ailleurs que « le marché du frais est régi par l’arrêté de commercialisation du 3 mars 1997 qui impose un cahier des charges précis aux pommes de terre pour être vendues sur le marché du frais et auquel il est impossible de déroger ».

« Ne fragilisons et ne démobilisons pas les entreprises qui ont su faire face jusqu’à présent dans ce contexte difficile, en agissant de façon inconsidérée », conclu le président du CNIPT.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous