Pommes de terre Maîtriser les surfaces face au risque de surproduction

Terre-net Média

La pomme de terre industrielle subit elle aussi les conséquences du coronavirus. L'Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) conseille aux producteurs de produire uniquement la quantité et la qualité pour un débouché bien identifié, afin d'éviter une surproduction pour la campagne 2020/21. Face aux retards d’enlèvements, assurer une bonne conservation est primordial.

Pommes de terre Même la pomme de terre n'échappe pas aux conséquences néfastes du coronavirus. (©Terre-net Média)

Dans un communiqué paru ce mardi 31 mars, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) alerte sur l’impact du Covid-19 sur la production de pommes de terre industrielles.

« Malgré la suppression de nombreux contrats de hâtives pour l’industrie, les reports de transformation de volumes de la campagne en cours en juillet et août, obligent les producteurs à prendre leurs responsabilités pour les plantations à venir », avance l’UNPT, qui considère que « les surfaces de pommes de terre doivent être maîtrisées ». Effectivement, la dernière projection réalisée annonce une surproduction, « basée sur les surfaces 2019 et un rendement moyen ».

Face à un marché du libre sur l’industrie qui présente un « risque extrêmement élevé », l’UNPT appelle chaque producteur à « produire la quantité et la qualité pour un débouché bien identifié, en fonction de son acheteur. »

Alors que « tous les industriels annoncent des retards d’enlèvements des pommes de terre en stock chez les producteurs », l’UNPT souligne l’importance de « conserver les pommes de terre dans les meilleures conditions de température, en veillant particulièrement à maîtriser la germination (attention, date limite de vente du CIPC le 8 avril 2020). Elle conseille aussi de vérifier, conjointement et contradictoirement avec leurs acheteurs, la qualité de leurs pommes de terre en stock à la période de livraison prévue. »

Par ailleurs, « les producteurs de pomme de terre doivent signer des contrats « EGA-compatibles » (conformes à l’esprit des États Généraux de l’Alimentation) leur assurant une juste rémunération et un revenu sécurisé. » Un contrat-type est à la disposition des producteurs.

L’UNPT rappelle également l’importance de « s’engager sur un marché sans se sur-couvrir, et en étant vigilants sur certains types de contrats très risqués pour l’amont agricole », mais aussi de « respecter, non seulement la réglementation, mais également les bonnes pratiques agricoles et sanitaires ».

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous