Le blé de printemps a atteint vendredi son plus haut niveau depuis neuf ans, toujours propulsé par une mauvaise récolte due à la sécheresse, tirant avec lui le blé d'hiver, mais aussi le maïs.