Analyse et cours du blé tendre

Tendance des prix

1 mois
Blé tendre

Blé tendre (prix en €/t)

standard Récolte: 2018

PlaceCotationVariations
Rouen Rendu 200€/t -1€/t
Dunkerque Rendu 200€/t -1€/t
La Pallice Rendu 200€/t -1€/t
Creil Fob 189€/t -1€/t
Moselle Fob 192€/t 0€/t
Rouen Fob 203€/t -1€/t

Analyse quotidienne du 17/10/2018

Contenu réservé aux abonnés PRO

Accédez à tout Terre-net sans engagement pendant 7 jours

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 10/10/2018 :

Expectative

À deux jours du nouveau rapport USDA, les opérateurs ne prennent aucun risque et la tendance reste stable.

Comme tous les mois la tendance du blé tourne au ralenti avant la publication du prochain rapport USDA (jeudi prochain). La céréale à paille doit en outre faire face à des éléments  toujours aussi contradictoires. La Russie a notamment décidé de relever son estimation de production de grain de 1 Mt (106 Mt). Dans le même temps la demande internationale a encore prouvé son intensité avec un achat en provenance du Bengladesh pour 120 kt de blé US. 

À  noter également, le Ministère français de l'agriculture a une nouvelle fois réduit son estimation de production française, à 34,2 Mt (-350  kt), contre 36,6 Mt enregistrées l’an dernier.

Sur Euronext, le blé à échéance décembre 2018 a évolué de 0,50 €/t à 203,50 €/t, tandis que le contrat à terme mars 2019 est à peine monté de 0,25 €/t à 206,50 €/t. À Chicago, le rapproché s'est valorisé de 1,50 c$/bu à 515,50 c$/bu.

Analyse hebdomadaire

Montagnes russes

La Russie maintient un rythme d'export élevé et l'Argentine en profite pour vendre son blé sur l'éloigné en Asie. L'offre à moyen terme tend ainsi à se réduire.

Les cours du blé ont engagé un petit mouvement haussier cette semaine, dans un marché qui  cherche encore à trouver son équilibre. La Russie continue en effet de souffler le chaud et le froid avec des mesures de restrictions sanitaires, systématiquement suivies de chiffres à l’export toujours très élevés. Au regard de la cadence des ventes internationales russes, les opérateurs anticipent donc toujours un épuisement des ressources mer Noire pour la fin de l’année.

Les acheteurs asiatiques ont d’ailleurs commencé à se couvrir avec des livraisons de blé argentin prévus pour début 2019. Dans ce contexte, la France espère trouver de belles opportunités sur le marché nord-africain au regard du manque de concurrence qui se dessine dans les prochains mois.

Le cumul des exports hexagonaux depuis le début de l’année est d’ailleurs équivalent à celui de l’an dernier, or les disponibilités sont moindres. Dans son dernier rapport  mensuel, le Ministère français de l’agriculture a une nouvelle fois réduit son estimation de production française, à 34,2 Mt (- 350  kt), contre 36,6 Mt enregistrées il y a un an.

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet