Analyse et cotation du blé tendre

Tendance des prix

1 mois
Blé tendre

Blé tendre (prix en €/t)

standard Récolte: 2017

PlaceCotationVariations
Rouen Rendu 164€/t -2€/t
Dunkerque Rendu 167€/t -1€/t
La Pallice Rendu 163€/t -1€/t
Creil Fob 153€/t -2€/t
Moselle Fob 160€/t +2€/t
Rouen Fob 167€/t -2€/t

Analyse quotidienne du 28/06/2017

Contenu réservé aux abonnés PRO

Découvrez les contenus et les avantages réservés aux abonnés PRO.
Et profitez immédiatement de l'essentiel pour agir sur votre exploitation !

Tester gratuitement* Je m'abonne
*Sans engagement, vous bénéficierez d'une offre découverte d'une durée limitée pour les services Terre-net PRO
Blocage pro
Nous vous proposons toutefois l'analyse du 21/06/2017 :

Le blé consolide

Sur Euronext, les opérateurs ont préféré consolider leurs positions tandis qu'à Chicago le mouvement de hausse se poursuit.

Malgré la vague de fortes chaleurs en Europe, le blé s’est replié dans l’après-midi hier. Pourtant, Chicago a vite effacé les légères pertes de la veille après la publication par l’USDA du rapport hebdomadaire « crop progress ».

Le marché a été pris à contrepied par la dégradation des notations des blés de printemps américains de 4 points à des niveaux bas jamais vus de 41%. Minneapolis où se traitent ces blés a poursuivi sa hausse et il faut remonter à 2014 pour voir ces cours. Par ailleurs, la récolte se poursuit dans la zone de blé d’hiver où 28% des surfaces sont récoltées.

En France, les coupes d’orges sont suivies à la trace car elles donnent le ton pour l’ensemble de la récolte des céréales à pailles. Les rendements déçoivent même si les taux de protéines semblent bons. Le déficit hydrique pénalise les cultures et les prix physique des orges brassicoles ont bondi hier de 5%.

Sur Euronext, le blé a légèrement corrigé de 0,50 €/T à 177 €/T et Chicago a clôturé hier soir en hausse de 5,75 s$/bu à 472,75 c$/bu juillet 17.

Analyse hebdomadaire

Belle hausse sur la semaine

Malgré le léger repli en fin de séance hier, mardi, le blé a gagné plus de 7 €/T.

Dans deux mois, moins de deux mois, nous serons fixés sur l’impact de la vague de chaleur qui sévit actuellement en Europe de l’Ouest et en Ukraine. Le seuil d’échaudage est largement dépassé. Tout dépend du degré de remplissage.

Les notations publiées au fil des semaines se ressemblent et le perdant est le blé de printemps américain. Ce dernier est tombé au plus bas historique pour ce stade, soit 41% seulement de « bons et excellents » blés. Ces notations sont à l’origine du mouvement de hausse qui a poussé Chicago en une semaine de 6% et ceux d’Euronext de 4,2% à 177 €/T septembre 17 hier mardi 20 juin.

Ces blés américains sont à forte teneur en protéines. Par ailleurs, d’autres origines pour des qualités similaires sont en risque comme le Canada pour raisons de semis tarifs et l’Australie pour des conditions trop sèches durant les semis. Aussi, les opérateurs devront se tourner vers l’Allemagne ou les pays Balte pour couvrir.

Notons que les pluies dans le Sud de la Russie retardent les récoltes et la qualité des blés pourrait se dégrader et offrit une opportunité pour les blés français à l’exportation au mois de juillet.

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet