Analyses et cotations du maïs

Tendance des prix

1 mois
Maïs

Maïs (prix en €/t)

Récolte: 2018

PlaceCotationVariations
Bordeaux Rendu 158€/t 0€/t
La Pallice Rendu 159€/t +1€/t
Rhin Fob 158€/t -1€/t
Bordeaux Fob 163€/t 0€/t
Pontivy Rendu 177€/t +1€/t

Analyse quotidienne du 20/07/2018

Contenu réservé aux abonnés PRO

Opération Moisson

Accédez à tout Terre-net sans engagement pendant 1 mois

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 13/07/2018 :

Rapport USDA haussier

Le rapport USDA du mois de juillet a une nouvelle fois réduit le stock mondial de fin de campagne.

Les cours du maïs se sont appuyés hier soir sur le dernier rapport USDA pour s’offrir des gains conséquents. La production américaine n’a en effet été relevée que de 4,8 Mt, à 361,46 Mt, ce qui reste en dessous de la récolte US de l’an dernier.

Dans le même temps, la consommation mondiale a été augmentée, ce qui résulte sur une baisse de 2,73 Mt du stock mondiale de fin de campagne à 151,96 Mt, soit une chute vertigineuse de 39,77 Mt en un an !

Dans ce contexte, les cours américains, et dans leur sillage les prix européens, ont grimpé notablement.

Sur Euronext, le maïs à échéance août 2018 est monté de 0,50 €/t à 168,50 €/t, tandis que le contrat à terme novembre 2018 a évolué de 1 €/t à 170,50 €/t. À Chicago, le rapproché s'est propulsé de 5,25 c$/bu à 336,50 c$/bu.

Analyse hebdomadaire

Reprise

La dégradation des notations de culture aux États-Unis a relancé les cours du maïs en territoire positif.

Les prix du maïs ont retrouvé le chemin de la hausse cette semaine face à la dégradation des notations de culture aux États-Unis. Pour rappel, les prix US étaient en forte baisse depuis plusieurs semaines en raison, entre autres, de l’optimisme général concernant la production américaine cette année. Un déficit hydrique s’est cependant creusé sur la partie périphérique de la Corn Belt, ce qui a poussé l’USDA a abaissé de 3 points ses notations de « bon à excellent ».

Les conditions de cultures en France, en Europe de l’Est et en Ukraine restent cependant toujours très bonnes. Le bilan européen risque tout de même de se tendre au regard des disponibilités réduites en Amérique du Sud et de la taxe à l’import de 25 % imposée sur les origines américaines.

L’Ukraine devra en effet supporter une bonne partie des besoins du Vieux continent, or les pays de la mer Noire sont actuellement sollicités par la Chine qui a drastiquement réduit ses achats de maïs américain depuis quelques mois.

Evolutions des cotations

Valeurs remarquables

Autres Cotations

Sur le même sujet