Chantier de récolte maïs grain Bruno Poupart, agriculteur : « Chenilles obligatoires ! »

Terre-net Média

Les conditions humides de cet automne perturbent de nombreux chantiers de récoltes. Dans le Maine-et-Loire, la Cuma des 4 saisons a très récemment équipé sa moissonneuse-batteuse d’un train de chenilles. Une initiative qui sauve de nombreuses récoltes.

Moissonneuse batteuse case ih chenille.
Un investissement non négligeable mais qui aura sauvé de nombreuses récoltes. (© Christian Watier)
« Pour récolter le maïs actuellement dans le département, c’est chenilles obligatoires ! Je ne marque pas les sols et je passe là où les machines à pneus ne peuvent plus récolter. Ça donne l’impression de travailler en conditions sèches » ironise Bruno Poupart, polyculteur-éleveur dans le Maine-et-Loire. « Lorsque nous avons vu, il y a un peu plus d'un mois, que les conditions météos risquaient d’être très mauvaises pour la récolte, nous n’avons pas hésité. Nous avons, avec la Cuma des 4 saisons, investi dans une paire de chenilles pour notre moissonneuse-batteuse Axial Flow Case IH 7120».

« Impensable de bousiller 10 ans de travail »

Les conditions de récolte ont, d’une certaine manière, provoqué cet achat. Mais cet adepte des Tcs depuis une dizaine d’années envisageait déjà de franchir ce cap pour limiter les phénomènes de tassement des sols à la récolte. « Quand on a décidé d’investir, il tombait 200 mm d’eau chaque jour. Quand il faut récolter, on ne peut pas bousiller la structure du sol, obtenue en 10 ans de travail par les Tcs, en 30 minutes avec une machine à pneus. Ce n’est pas concevable. Notre priorité, aujourd’hui, c’est de ne pas détériorer les sols. Certes, ça représente un investissement non négligeable (près de 60.000 euros la paire de chenilles ST 1.000 Soucy Track), mais ce n’est rien comparé à la valeur de la terre. Le prix d’un terrain dont la structure de sol a été massacrée est bien moindre ! ».

Pas déçu par les rendements

« Les rendements ont, malgré tout, l’air d’être satisfaisants, commente Bruno Poupart. Sans irrigation dans le secteur entre Angers et Saumur, ils sont compris entre 80 et 100 qx. Et nous espérons plus pour les maïs irrigués. Mais une chose est sûre, plus nous semons tôt, plus nous récoltons sec et moins ça nous coûte pour faire sécher la récolte. Les maïs semés fin mars sont récoltés à 25/26 % d’humidité, quant à ceux de mi-mai, il ne faut pas espérer mieux que 35/36 %. Et là, il faut compter 3 kg de gaz pour un quintal sec contre 500 g pour le maïs de mars. »

Concernant les rendements, retrouvez un premier bilan de campagne nationale sur Terre-net.fr en cliquant sur : Récolte des maïs - 97 q/ha de moyenne nationale malgré les contraintes météo

« Bien équipés », la majorité des agriculteurs de la Cuma des 4 saisons ont pu finir leur récolte sans trop de difficultés, la machine passe partout. Sauf pour Bruno Poupart. Mais les raisons sont différentes. Lui est confronté à des problèmes électriques sur son séchoir qui l’empêchent de venir à bout des 85 ha de maïs à récolter. Pour autant, la machine ne reste pas au hangar, au contraire.

8 km/h en fonction de la densité du maïs

Appelée par d’autres Cuma du département, l'Axial Flow vient en renfort pour récolter sur les parcelles ou les batteuses conventionnelles ne passent plus. Ces derniers jours, les conditions étaient tellement mauvaises que Bruno Poupart a travaillé sur une parcelle détrempée comme l’illustre la photo ci-dessous. « Sur ce terrain limoneux mouillé, c’est bien la seule fois où la machine a marqué le sol, commente-t-il. Mais il y a tellement de surface en contact (44.000 cm2 avec les pneus arrières 750/65R30) que l’on avance quand même. Et à un bon rythme. Cette nuit-là, nous avons tourné à 6 km/h. Mais globalement, nous travaillons à 7,5/8 km/h en fonction de la densité du maïs. » « Aujourd’hui il nous reste une centaine d’hectares à récolter. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’un dernier coup de fil. »

En images au champ...

Récolte maïs grain avec chenille.
La moissonneuse de la Cuma des 4 saisons en pleine récolte, à la tombée de la nuit, dans une parcelle détrempée.
Ça passe. (© Christian Watier)

 

Axial Flow 7120 équipée de chenilles.
L'Axial Flow passe là ou les machines conventionnelles s'enlisent... (© Christian Watier)

Dans cette vidéo réalisée par Christian Watier, retrouvez la moissonneuse-batteuse Axial Case IH 7120 de la Cuma des 4 saisons au champ.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média