Presse haute densité Massey Ferguson 2370 UHD : le pressage Ultra Haute Densité

Terre-net Média

Pour optimiser le transport et gagner de l'espace de stockage, Massey Ferguson a dévoilé la dernière-née de ses presses haut-densité. La 2370 UHD forme des balles 20 % plus lourdes qu'avec le modèle précédent, la 2270 XD. Chambre de compression, lieurs, ficelle, piston, transmission, essieu, pneumatiques... chaque composant de l'engin a été revu pour résister à de pareilles charges. Les agriculteurs ont pu découvrir la nouveauté sur le stand Agritechnica de la marque.

Presse Massey Ferguson 2370 UHDLa presse Massey Ferguson 2370 UHD forme des balles 20 % plus lourdes que la version précédente. (©Massey Ferguson)

À l’Agritechnica, les agriculteurs ont pu découvrir la nouvelle presse Massey Ferguson, la MF2370 Ultra HD. La marque annonce un outil aux capacités hors norme, capable de former des balles 20 % plus lourdes qu’avec un modèle 2270 XD.

L’objectif est clair : compacter plus la paille pour réduire le nombre de manipulation et ainsi, optimiser le transport et l’espace de stockage. Pour atteindre cette densité, le constructeur a d'abord dû développer des composants plus résistants. Le châssis principal a été fabriqué à partir d’acier de qualité supérieure et bénéficie d’une flèche d’attelage plus longue. De quoi faciliter les manœuvres avec un tracteur à pneus larges et augmenter la visibilité sur le pick-up.

Chambre de compression 20 % plus longue

La chambre de compression OptiForm mesure quatre mètres de longueur, soit 20 % de plus que sur l'ancienne version XD. Le capteur de densité est plus large et plus robuste, histoire de résister aux charges extrêmes de la machine. Les vérins aussi ont pris de l’ampleur : 178 mm de diamètre !  C'est 55 % de plus que sur la XD. Les ingénieurs ont même estimé la capacité de charge de la presse : elle absorbe jusqu'à 760 kN !

Point de vue transmission, là aussi c’est du lourd. Le tracteur transmet sa puissance via la prise de force 1 000 tr/min. La boîte de vitesse à engrenage augmente le régime jusqu’à 1 500 tr/min puis alimente le même volant que l'ancienne génération. À une différence près : il tourne 50 % plus vite et du coup, conserve une vitesse constante, indispensable pour former des balles régulières et de façon fluide.

Le piston reçoit plus de puissance tout en exerçant une charge constante sur le tracteur. Du coup, plus besoin d’assistance hydraulique pour démarrer la presse ! L'embrayage à came automatique protège la mécanique et évite à l’opérateur de descendre pour remplacer le boulon à cisaillement. Un second embrayage protège le volant des chocs subis par le tracteur.

Piston cadencé à 50 coups/min

Pour diminuer le coût d’entretien, Massey Ferguson installe une transmission à chaînes haut de gamme, fabriquée par Diamond Chain Compagny. La marque a aussi mis au point une boîte de vitesse capable de transmettre une charge impressionnante. Sa conception réduit la vitesse entre deux engrenages puis recombine le couple vers l’engrenage de sortie. À noter aussi la compacité du boîtier, capable de passer un couple important.

50 coups/min : c’est la cadence du piston qui tourne 6,5 % plus vite que le modèle actuel. De quoi augmenter le débit de l’outil et traiter mieux le flux de matière. Et pour alimenter ces organes hors normes, le ramasseur OptiFlow gagne aussi 20 % de capacité. Pour réduire la charge à soulever, il pivote autour de la vis sans fin. Du coup, le dispositif flotte plus et suit mieux les imperfections du terrain.

Le ramassage est assuré par 80 doubles dents courbées, montées sur cinq porte-dents guidés par une rampe. L’alimentation est plus régulière, même avec des fourrages courts. Sur les côtés du ramasseur, le diamètre des vis sans fin transversales est supérieur. Avec la vis entraînée qui flotte au-dessus, le fourrage est transféré vers l’ameneur central avec un débit constant et régulier.

Six nœuds doubles pour résister à la pression

Évidemment, les noueurs aussi ont dû être redimensionnés. Fini les nœuds simples, la pression est trop forte ! Les ingénieurs de l’usine d’Hesston ont opté pour six nœuds doubles. Les lieurs manipulent donc de la ficelle plus épaisse. La serpe, plus large et longue, s’ouvre plus largement pour saisir la corde. Pour accroître leur durée de vie, certaines pièces principales sont trempées au laser, comme le nouveau rouleau chanfreiné, qui participe aussi aux meilleures performances de la machine.

En conservant six nœuds sur une balle de 120 x 90 cm, l’espace entre chaque nœud est suffisant pour empêcher l’accumulation de débris. La modélisation du débit d’air assistée par ordinateur a permis de renforcer l’efficacité du ventilateur, pour expulser plus de débris et améliorer davantage les performances de nouage.

Pick-up de la presse MF 2370 UHDPour résister à la pression, six noueurs font des doubles nœuds avec la ficelle développée avec Tama. (©Massey Ferguson)

Même la ficelle a fait l’objet de recherche, en partenariat avec Tama, pour mettre au point un produit hyper solide. Pour faciliter le remplissage du compartiment EasyFill, les bobines ne sont plus stockées verticalement mais légèrement inclinées vers l’extérieur de l’engin. Il suffit de relever le capot latéral et d’enfiler les deux rangées de neuf bobines. Autre avantage : les organes nécessitant un entretien régulier sont plus accessibles. Gain de temps pour l’agriculteur.

Comme toutes les presses de cette catégorie, la MF2370 UHD est compatible Isobus. Elle peut être pilotée depuis le terminal de n’importe quel tracteur, pourvu qu’il soit compatible. Et pour les autres, le constructeur propose un terminal entrée de gamme avec écran couleur 7 pouces, le C1000 ou une version plus haut de gamme avec un écran tactile couleur de 12 pouces, le C2100.

Essieu tandem pour supporter les 13,4 t de l'engin

Sur l’écran d’accueil de l’interface BaleCreate, l’opérateur visualise sa machine de dessus. Il suffit de double cliquer sur l’un des raccourcis pour ouvrir aussitôt la page souhaitée. Une présentation moderne et intuitive pour faciliter les réglages. Des graphiques indiquent même la charge de chaque bielle de liaison du piston. Du coup, la gestion de densité automatique guide l’opérateur pour ramasser les andains irréguliers en affichant des flèches sur l’écran.

Et pour porter les 13,4 t de l’engin, un essieu tandem de 16 t est installé de série. Il bénéficie d’une suspension à lames de ressorts simple et d’un freinage pneumatique. Ceci autorise la monte de pneus de 620 mm de large, idéal pour réduire le tassement du sol. Sans oublier que les roues arrière tournent pour limiter le ripage, et donc l’arrachement de l’herbe par exemple. Par sécurité, les roues directrices se verrouillent au transport. Il suffit d’indiquer au-delà de quelle valeur le système s’enclenche et l’électronique gère le reste automatiquement. Selon le constructeur, la nouvelle série sera disponible pour la prochaine saison, donc dès 2018.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous