[Essai] Télégonflage, Michelin Evobib José Godineau, agriculteur : « Des gains de rendement de 5 à 30 % »

Terre-net Média

A Saint-Macaire du Bois, dans le Maine-et-Loire, José Godineau a testé le pneumatique deux en un de Michelin, l’Evobib, pendant 1 400 heures. Pratiquant le télégonflage depuis plus de 25 ans, il nous livre son retour d’expérience sur cette pratique et nous donne son retour sur le pneu spécifiquement développé par la marque au Bibendum.

Cliquez sur l’image pour lancer la vidéo.

L’exploitation familiale de José Godineau est installée à Saint-Macaire du Bois dans le Maine-et-Loire. Il exploite 580 hectares et réalise également des prestations de travaux agricoles. Le premier véhicule disposant du télégonflage a été acheté en 1994, donnant à José plus de 25 années d’expérience dans ce domaine. Aujourd’hui, il dispose d’une flotte de 14 véhicules équipés dont trois moissonneuses-batteuses et deux pulvérisateurs automoteurs.

« La motivation première pour passer au télégonflage est agronomique : éviter les tassements de sol. Nos sols argileux sont à haut potentiel, mais exploitables uniquement quand le sol n’est pas compacté, cela facilite la recherche d’eau et d’éléments minéraux des racines », nous a déclaré José Godineau.

Toujours moins d’un bar dans les parcelles

« Aujourd’hui, l’objectif est de systématiquement rentrer dans les parcelles à moins d’un bar de pression. Pour les moissonneuses-batteuses autour d’un bar, les remorques 800 grammes et les tracteurs entre 500 et 600 grammes de pression. »

« Les avantages du télégonflage sont nombreux : agronomiques mais aussi sur la consommation et l'usure des pneumatiques. Sur une année normale, les gains en rendement sont de 5 à 10 %. Pour une année humide, ils sont de 10, 20 ou peuvent même atteindre 30 %. En effet, les cultures souffrent moins des conditions très sèches ou très humides car l’enracinement est meilleur.

En ce qui concerne la consommation de carburant, les gains sont de 10 % environ entre l’utilisation sur route et au champ. Pour la durée de vie des pneumatiques, sur des gros usages routiers, ils peuvent être de 20 à 30 % et de 15 % sur des usages mixtes. »

« Le pneumatique Michelin Evobib est spécifique au télégonflage. Il est en test sur mon exploitation depuis un an et demi sur un tracteur qui a depuis réalisé 1 400 heures de travail. Ce pneu permet de s’affranchir du compromis champ/route. Avec un pneu radial classique, le ratio de pression allait de 1 à 2 (800 g au champ et 1,6 bar sur route) pour une charge totale donnée. Avec l’Evobib, le ratio va de 1 à 3 (600 à 700 grammes au champ et 2,2 bars sur route). On est donc encore mieux au champ et sur la route. »

Les points forts de l’Evobib

« Au transport, l’Evobib permet une meilleure stabilité et limite la résistance au roulement et donc l’usure tout en préservant la sécurité. A l’intérieur des parcelles, le pneu s’élargit en longueur et en largeur pour augmenter l’empreinte au sol et ainsi réduire le tassement.

Au bout de 1 400 heures d’essai, nous pouvons dire que l’investissement doit se rentabiliser pour une utilisation intensive champs et routes. C’est le pneu idéal pour une application mixte. »

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous