European Carbon + Farming Coalition Une initiative pour décarboner le système alimentaire européen

Terre-net Média

Lors d’une rencontre à l’occasion du forum économique mondial de Davos de janvier 2020, de nombreux PDG des grands groupes du secteur privé ont montré leur intérêt dans la création d’une coalition européenne afin d’accélérer les progrès vers les objectifs de neutralité carbone du pacte vert pour l’Europe

Champs vue aérienneUne coalition européenne pour décarboner le système alimentaire européen. (©Herbert Bieser de Pixabay)

European Carbon+ Farming Coalition : une nouvelle initiative européenne a vu le jour

« Elle est formée sous l’impulsion du groupe d’action des PDG du forum économique mondial (ou World Economic Forum) dans le cadre du pacte vert pour l’Europe et fait partie de la plateforme émergente sur l'alimentation et la nature, 100 Million Farmers, 1 Billion Consumers » explique Planet, spécialisé dans l’imagerie satellite et l’observation de la Terre.

C’est à l’occasion d’une rencontre lors du Forum de Davos 2020 que les PDG des grands groupes du secteur privé ont montré leur intérêt quant à la création d’une coalition pour « accélérer les progrès vers les objectifs de neutralité carbone du pacte vert pour l’Europe ».

Partant du principe que l’atteinte des objectifs de ce programme ne peut être réalisé par les seuls décideurs et institutions, il a été acté qu’une forte collaboration entre les représentants des gouvernements et les industries de tous les secteurs d’activité était nécessaire.

« Des organisations et des parties prenantes, représentant chaque étape de la chaîne de valeur alimentaire, se réuniront pour décarboniser le système alimentaire européen. » 

Autre adhérent : BASF agriculture solutions présente les différents objectifs du projets Carbon + Farming qui « adoptera une approche centrée sur les agriculteurs et leurs partenaires ».

- « Accroître l’adoption de pratiques agricoles régénératives et adaptées aux enjeux climatiques » ;

- « Identifier les obstacles à l’adoption de ces pratiques » ;

- « Concevoir de nouveaux business models » ;

- « Mettre en lumière les avantages pratiques et écologiques de ces pratiques vertueuses pour les agriculteurs »;

- « Mettre au point des outils financiers pour aider les agriculteurs à gérer les risques liés à la transition » ;

- « Recommander les mesures incitatives pour les agriculteurs. »

Parmi les organisations partenaires de l’European Carbon+ Farming Coalition se trouvent BASF, Bayer, COPA-COGECA, CropIn, Fédération européenne de l'agriculture de conservation (ECAF), Institut européen d'innovation et de technologie (EIT) Food, Hero Foods, Planet, Swiss Re, Université de Glasgow, Yara International ASA et Zurich Insurance Group. 

Cristal Union ambitionne de devenir le leader de la décarbonation dans sa filière

D'autres initiatives existent pour décarboner la planète. En 10 ans, Cristal Union - producteur européen de sucre et d’alcool et 1er producteur de bioéthanol français - a « réduit ses émissions de gaz à effet de serre par tonne de betterave de 15,7 %, son énergie consommée par tonne de betterave de 8,2 %, et sa consommation d’eau de 57 % » selon un communiqué.

Le 4 mai dernier, le groupe s’est fixé un nouvel objectif : réduire ses émissions de 35 % d’ici 2030, et économiser ainsi 265 000 tonnes de CO2.

Pour y parvenir, Cristal Union « investit massivement dans la transformation de son outil industriel ». Trois projets « d’envergure » ont d’ailleurs « été salués et récompensés dans le cadre du plan France Relance ».

- la création d'une plateforme de stockage assurant une quantité suffisante de combustible de bois pour une économie de rejet de CO2 de 65 000 t/an sur son site le déshydratation de Bazancourt ;

- la création d'une « nouvelle unité de séchage indirecte de pulpes de betteraves » dans sa sucrerie de Sainte Emilie. «Opérationnelle en septembre 2023, elle permettra l’arrêt de l’usage du charbon. Une diminution des émissions de CO2 de l’activité de séchage de 90 % (soit 40 000 t/an) est attendue » ;

- la création d'une « troisième ligne de séchage fonctionnant avec un générateur de gaz chaud, alimenté à partir de biomasse » dans sa filiale Sidesup. Ces travaux, accompagneront le fort développement des luzernes bio dans le sud de Paris et seront terminés en avril 2022 ».

Au-delà de ces projets, le Groupe « participe et investit régulièrement dans de nombreux projets de décarbonation et de valorisation de ses ressources, sur tous ses sites. À Arcis, Bazancourt et Fontaine le Dun, par exemple, des projets de méthanisation des effluents industriels visant à produire du biogaz sont en cours ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous