L'actu d'Arvalis Nettoyage des installations de stockage : une étape à ne pas négliger

Terre-net Média

Avant qu'il ne soit trop tard, un nettoyage efficace complété si nécessaire par un traitement insecticide favorise une bonne conservation de la récolte.

Nettoyage des installations de stockageAlors que les premières récoltes d'orge d'hiver ont commencé, le nettoyage des installations de stockage est une étape indispensable pour une bonne conservation du grain. (©Arvalis-Institut du végétal)

Pour que le nettoyage des installations de stockage soit le plus efficace possible, il est nécessaire de procéder par étape. Les cellules ou cases sont nettoyées dès leur vidange. En éliminant le plus radicalement possible tous les reliquats de la récolte précédemment stockée sur le site, les insectes ne pourront pas se nourrir et se développer. Ce nettoyage poussé est indispensable pour prévenir les infestations et garantir une bonne conservation de la prochaine récolte.

Un nettoyage du haut vers le bas

Le nettoyage se fait de haut en bas : charpente, murs, passerelles, parois des cellules, intérieurs des gaines de ventilation, pieds d’élévateur, fosse de réception… L'objectif : retirer les amas de poussières et les débris de grains qui constituent des croûtes sous lesquelles quelques insectes attendent patiemment la prochaine récolte à l’abri d’un éventuel traitement insecticide. Il faut garder en mémoire que, en 28 jours, dans des conditions optimales, une population de charançons est multipliée par 25.

Les traitements insecticides effectués après le nettoyage, minimum quatre semaines avant de réceptionner la nouvelle récolte, gardent une rémanence maximale pour détruire les formes juvéniles des insectes primaires qui émergent après trois à quatre semaines d’incubation. Dans le cas de débouchés particuliers, pour honorer des contrats dits « sans insecticide » ou pour les oléagineux, l’intérieur des cellules et les circuits de manutention en contact avec les grains ne doivent pas être traités avec ces insecticides de contact, au risque d’avoir des résidus et de dépasser les limites maximales autorisées. En revanche, il est possible d’appliquer des solutions de type poudres inertes (à base de terre de diatomée, de bicarbonate de soude ou de zéolithe), autorisées pour l’agriculture biologique, afin de traiter les installations de stockage et ainsi prévenir le développement d’insectes sur le site puis la contamination de la prochaine récolte.

Une installation vide et nettoyée facilite également l’éradication des rongeurs et des oiseaux car ils ne trouvent ni nourriture, ni abris et sont par conséquent amener à quitter les locaux ou à consommer les appâts mis à disposition. Attention : les recoins inaccessibles sont des réservoirs potentiels à toutes sortes de nuisibles…

Les cases affectées au stockage à plat, mais utilisées pendant l’hiver à d’autres fins, doivent être lavées au nettoyeur haute pression afin de supprimer tous risques de contamination.

Le matériel de nettoyage et de protection

Une brosse tête de loup et un aspirateur sont à privilégier. La soufflette, certes très pratique, est à réserver aux recoins difficiles d’accès car elle favorise la dispersion de la poussière. Les déchets issus du nettoyage sont évacués immédiatement afin d’éviter une recolonisation des locaux. Évidemment, il est essentiel de respecter les consignes de sécurité et de porter des équipements de protection individuelle. Un masque à poussières de classe P3 est fortement recommandé.

Cette étape de prévention des risques fait partie intégrante de l’itinéraire technique du stockage. Couplée au fait de stocker du grain sec, propre et correctement refroidi, elle est un gage de la préservation de la qualité des produits stockés.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous