[Vidéo] Pois chiche Quelques points clés à retenir pour cette culture qui a le vent en poupe !

Terre-net Média

Depuis quelques années, la demande pour la culture du pois chiche augmente. Cette dernière présente plusieurs atouts. Toutefois, quelques points clés sont à retenir pour assurer une culture de qualité. Quentin Lambert, ingénieur développement chez Terres Inovia, nous les présente.

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Depuis plus de 3 ans, la culture du pois chiche connaît une « forte demande », précise Quentin Lambert, ingénieur développement chez Terres Inovia. « En 2016, on comptait 20 000 ha au niveau national, dont 12 000 ha en Occitanie ». Cette légumineuse, dont « le cycle s'étend de mars à août », présente plusieurs atouts : « elle ne nécessite pas d'engrais azoté et est peu soumise à la pression des bioagresseurs ».

« Cette culture est commercialisée quasi exclusivement sous contrat. Un point important pour la pérennité de la culture », précise Quentin Lambert. Cela garantit « une bonne rémunération pour les agriculteurs et un produit de qualité pour les consommateurs ».

Quelques points d'attention à avoir

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Concernant l'itinéraire technique de la culture, le choix de la parcelle constitue un élément primordial. « La parcelle doit être indemne d'hydromorphie et avec un pH compris entre 6 et 9 ». Il est aussi conseillé d'éviter les parcelles avec une flore difficile. « Nous faisons face aujourd'hui à un déficit en terme de solutions de désherbage chimique disponibles pour cette culture », explique Quentin Lambert.

Du côté des ravageurs, le pois chiche en a un principal : Heliothis. « La stratégie de lutte va dépendre du vol et du stade de la culture. Il est donc important de suivre les réseaux de piégeage présents sur vos territoires ».

Résistant bien à l'Aphanomyces, la culture de pois chiche est, par contre, sensible à l'ascochytose (appelée aussi anthracnose). Pour l'éviter, là encore, le choix de la parcelle est important : « la parcelle doit être indemne de cette maladie ». Même chose pour les semences : Quentin Lambert conseille de « privilégier les semences certifiées ». Autre recours : « la lutte chimique à adapter dès l'apparition de symptômes ».

Autre exemple de culture de diversification >>> Le lupin : « une culture à fort potentiel »

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous