Installation dans le bassin parisien L'Agence des espaces verts facilite l'accès au foncier pour les futurs installés

Terre-net Média

Ce n'est pas un scoop : dans le Bassin parisien, l'accès au foncier et l'installation des jeunes agriculteurs sont particulièrement difficiles. Une situation à laquelle l'Agence des espaces verts (AEV) essaie de remédier en limitant la spéculation sur les terres agricoles, via l'attribution de surfaces à des producteurs dans le cadre d'appels à projets, voire en acquérant des parcelles pour le compte de la Région et en les mettant à disposition de nouveaux installés.

tracteur en zone periurbaine  L'Agence des espaces verts (AEV) tente de protéger les zones agricoles périurbaines. (©Scure)

Cela peut surprendre, mais 48 % de l'ex-région Île-de-France est constituée de surfaces agricoles. Mais leur préservation est un défi quotidien. En 15 ans, l'agriculture francilienne a perdu 14 000 ha et 26 % de ses agriculteurs. Pour lutter contre ce phénomène, l'Agence des espaces verts (AEV) tente de protéger les zones agricoles périurbaines et de favoriser l'installation de nouveaux agriculteurs, en collaboration avec les organismes du secteur (les Jeunes Agriculteurs, la Safer, les chambres d'agriculture).

Elle réalise notamment de la veille foncière sur près de 17 000 ha, ce qui « contribue à limiter la spéculation et à maintenir des terres agricoles dans les documents locaux d'urbanisme », précise l'AEV dans un communiqué. « Si nécessaire, nous achetons, pour le compte de la Région, des parcelles soumises à une forte pression foncière pour les mettre à disposition de nouveaux producteurs. » Pour que ces derniers puissent bénéficier d'une visibilité à long terme et investir sur leur exploitation, l'agence privilégie les baux ruraux de 9 ou 18 ans (plus de 90 % des baux signés).

De plus, chaque année, elle accompagne des appels à projets pour l'attribution de terres à des futurs installés ou des agriculteurs en place en fonction « du caractère innovant et de la viabilité économique » de leur démarche, ainsi que de son adéquation avec la demande des Franciliens. « Trois appels à projets sont actuellement en cours sur près de 100 ha », indique l'AEV. L'agence « accueille également des couveuses sur les terres » qu'elle loue ou acquiert, comme les Champs des possibles à Saulx-les-Chartreux, « pour permettre aux exploitants de consolider leur formation par des tests grandeur nature ».

Lire aussi : les témoignages de Nathalie Trubuil, productrice de céréales et légumes, et de Brigitte Brodier, éleveuse, qui se sont installées dans le Bassin parisien en louant des terres à l'Agence des espaces verts


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous