Que retenir de l'Inauguration du Sia ? Après les Egalim, Macron fait de l’Europe et de la Pac ses priorités agricoles

Terre-net Média

Emmanuel Macron a inauguré son deuxième Salon de l’agriculture en tant que chef de l’Etat, accompagné de Didier Guillaume, son ministre de l’agriculture. Sa visite a commencé par un discours en huis clos devant 500 jeunes agriculteurs sur l’Europe et la Pac, deux thèmes dont il veut faire ses priorités pour l’année à venir. Le chef de l'État a commencé sa « déambulation » à 10h30. En début d'après-midi, il était très en retard par rapport au programme initial, multipliant les échanges avec des visiteurs et professionnels dans les allées. Quatorze heures plus tard, il était toujours au salon.

Emmanuel Macron inaugure le Salon de l'agriculture 2019Emmanuel Macron rencontre les acteurs du monde rural dans les allées du Salon international de l’agriculture lors de l'inauguration officielle ce samedi 23 février 2019, ici sur le stand du Cniel. (©Terre-net Média) 

Live

Arnaud Carpon 23/02/2019 22:17

Emmanuel Macron, toujours au salon de l'agriculture, à 22h18, aura donc raison de notre motivation à vous relayer cette visite. Merci d'avoir suivi ce Live.

Et surtout, rendez-vous demain dimanche pour une nouvelle inauguration, celle du Sima, au parc expo de Villepinte. 

Terre-net investira le stand du ministère de l'agriculture pour une émission spéciale, en direct sur Terre-net et sur notre chaîne Youtube, consacrée au Grand plan d'investissement.

Rendez-vous donc dimanche 24 dans la matinée, autour de 11h30.

Arnaud Carpon 23/02/2019 22:02

Il va être temps de clôturer ce Live sur la visite d'Emmanuel MacrEon au salon de l'agriculture. Une visite qui n'est, à plus de 22h, toujours pas terminée.

Emmanuel Macron n'a absolument pas respecté son programme de visite initial, que sa conseillère agricole Audrey Bourolleau avait présenté à la presse la veille.

Après son discours sur l'Europe ce matin devant 500 jeunes, le chef de l'Etat a, il nous semble, battu le record de lenteur de visite du salon. En 1h30, il n'avait parcouru que... 12 m dans le hall 1. A 20h, après 12 h passé dans le hall 1, celui des filières animales, Emmanuel Macron passait dans le hall 2, celui des productions végétales, 5 heures après l'horaire initialement prévu.

Emmanuel Macron a voulu visiblement profiter de l'ambiance plutôt détendu, malgré les nombreuses difficultés économiques et morales du secteur agricole, pour multiplier les échanges auprès d'agriculteurs mais aussi de visiteurs réclamant des selfies. Il a, en somme, pleinement profiter d'une journée inaugurale devenue, comme chaque année, une grande journée de communication.

Bilan: le record de durée de visite - 12h l'an passé - a de nouveau été pulvérisé, avec probablement autour de 15h de visite.

PDebris 23/02/2019 20:05

Retrouvez tous nos articles concernant cette première journée du Salon de l'agriculture et celles à venir en cliquant ici.

PDebris 23/02/2019 19:49

Emmanuel Macron au contact des visiteurs 

PDebris 23/02/2019 19:31

Retrouvez notre rédacteur en chef adjoint, Arnaud Carpon sur BFM TV

Aranud Carpon sur BFM

Arnaud Carpon 23/02/2019 18:24

Après son déjeuner, Emmanuel Macron a rencontré, au salon, Patrick Maurin, qui a achevé sa marche citoyenne entre Le Touquet et Paris pour, une nouvelle fois alerter sur le suicide des agriculteurs

Mais l'élu marmandais, qui fait de la lutte contre le suicide agricole son cheval de bataille, n'en est pas resté là. Avec des agriculteurs vêtus de tee-shirt jaunes, ils se sont allongés devant le stand du ministère de l'agriculture pour symboliser le "génocide paysan".

 

PDebris 23/02/2019 16:33

Arnaud Carpon, rédacteur en chef adjoint de Terre-net est en direct sur Cnews

Aranud Carpon sur Cnews

PDebris 23/02/2019 15:49

Emmanuel Macron à la rencontre des agriculteurs 

 

Arnaud Carpon 23/02/2019 14:59

Sur le plan organisationnel, Emmanuel Macron est très en retard par rapport à son programme initial de visite. Il était prévu qu'il boucle ses visites aux filières d'élevage dans la matinée. Or, à 15, le chef de l'Etat fait sa pause déjeuner sans être passé encore sur le stand de l'interprofession bovine, ni sur celui d'Inaporc.

A ce rythme, il va terminer sa visite dans la nuit !

Arnaud Carpon 23/02/2019 14:10

20190223_140452.jpg

Arnaud Carpon 23/02/2019 14:06

Le président devrait sortir du stand du Cniel dans un instant.

Arnaud Carpon 23/02/2019 13:17

Emmanuel Macron multiplie les échanges avec de jeunes éleveurs. A l'un deux, il explique que "la filière bovine n'a pas suffisamment investi".

Arnaud Carpon 23/02/2019 12:58

Emmanuel Macron semble profiter à fond de l'ambiance plutôt calme et bienveillante à son encontre au cours de cette matinée de visite. Il n'a toujours pas rejoint le stand de linterprofession laitière où l'attendent plusieurs représentants.

Arnaud Carpon 23/02/2019 12:19

Il est bientôt 12h30. Emmanuel Macron n'a toujours pas rencontré les acteurs du Cniel et d'Interbev notamment.

Souhaite-t-il s'éloigner un peu des "corps intermédiaires"??

 

 

PDebris 23/02/2019 12:11

Emmanuel Macron rencontre Imminence, la vache égérie de cette édition 2019 :

Arnaud Carpon 23/02/2019 12:07

20190223_120156.jpg

PDebris 23/02/2019 12:03

Bienvenue dans ce Live consacré à ce premier jour et l'inauguration du salon de l'agriculture par Emmanuel Macron et Didier Guillaume.

La visite présidentielle a démarré par un discours sur le thème de "l'Europe agricole" et la Pac. (Voir plus d'informations, voir le live ci-dessous.)

La déambulation du chef de l'État dans les allées du salon a démarré vers 10h30. Il rencontrera les responsables des différentes filières agricoles : les filières d'élevage le matin, les filières végétales l'après-midi. 

Live

Arnaud Carpon 23/02/2019 11:35

En synthèse, ce qu'on peut retenir du discours d'Emmanuel Macron :

« Inventer notre europe agricole »

Emmanuel Macron a prononcé un discours sur l'Europe devant un auditoire de 500 personnes, essentiellement des jeunes. Il entend « inventer notre europe agricole ». Sur le plan sémantique, le chef de l'État a parlé de « politique agricole européenne » dans la première partie de son discours, avant de parler de « politique agricole commune » dans la deuxième partie.

« Une exigence : l'unité "pour éviter une Pac réduite aux acquets" »

Il « exhorte les pays européens à l'unité ». « L'Europe agricole est menacée par de grandes puissances qui considèrent la nourriture comme n’importe quelle autre marchandise. (...) » « Certains voudraient renationaliser notre politique agricole » pour en faire « une Pac réduite aux acquets ».

Une unité nécessaire face à la concurrence mondiale

Emmanuel Macron justifie cette unité par la concurrence mondiale croissante sur les productions agricoles et l'affaiblissement de la France et de l'Europe sur certains marchés, citant la concurrence du blé russe à plusieurs reprises.

Pour lui, « c'est une question de souveraineté alimentaire. Si nous cédons à l’esprit de division, nous ne pourrons garantir une alimentation saine et complètement traçable à nos concitoyens. »

Retrouver une souveraineté en protéines

Emmanuel Macron a insisté sur le problème de la dépendance française et européenne en protéines. Il veut défendre un grand plan protéines européen. 

Protéger les agriculteurs des risques économiques et climatiques

La Pac réformée devra répondre à trois promesses : Protéger, transformer et anticiper.

Il veut, avec la Pac, mieux protéger les agriculteurs des aléas économiques et climatiques. Il souhaite « développer une véritable stratégie de gestion des risques », avec notamment une « réserve de crise pluriannuelle » et « des mécanismes de régulation des filières plus efficaces et réactifs ».

Il souhaite aussi garder « les aides à l’hectare ».

Protéger les consommateurs avec une meilleure traçabilité

Emmanuel Macron a évoqué les fraudes alimentaires, notamment la « viande frelatée polonaise ». Il souhaite que l'Europe se dote d’une « force européenne pour lutter contre les fraudes ».

Il veut aussi que soit utilisées toutes les possibilités qu'offre la blockchain. Il faut, je cite, « être à l'avant-garde de la data agricole en créant des outils qui permettront de suivre davantage les produits. »

Transformer les modèles agricoles, en France et en Europe

Emmanuel Macron veut en fait transposer ses orientations en France - changement des pratiques, montée en gamme des produits - à l'échelle européenne.

« C’est à l’échelle europenne qu’on peut véritablement opérer la segmentation. C’est à cette échelle qu’on peut opérer des stratégies logistiques. » Citant la filière blé, il souhaite que la segmentation de l'offre se fasse à l'échelle européenne. « Il faut faire bloc et coopérer plutôt que se faire concurrence. C’est la ligne que nous ne devons cesser de suivre. »

Un paquet environnemental harmonisé dans la Pac

Le chef de l'État souhaite, dans le premier pilier de la Pac, que les pays retiennent à parts égales le volet environnemental. 

...

Arnaud Carpon 23/02/2019 11:33

Troisième promesse de la future Pac : Anticiper !

L'anticipation des évolutions à venir doit se focaliser sur deux points, selon le chef de l'État : le renouvellement des générations et la recherche.

« Un agriculteur européen sur deux a plus de 55 ans et partira à la retraite dans 5 à 7 ans », explique-t-il. « On sait ce qui bloque aujourd’hui, c’est l'accès à la terre ».

Viser le « zéro artificialisation nette » de terres agricoles

En matière d'artificialisation, « la France a perdu un quart de sa SAU en 50 ans ». « On vise le zéro artificialisation nette ». Emmanuel Macron veut « revoir la politique d’urbanisme » dans ce sens.

Autre problème : « la concentration des terres ».  « Les agriculteurs partant à la retraite ont tendance à céder les terres au voisin plutôt qu' à un jeune. Si rien n’est fait, dans cinq ans, un tiers des exploitations auront disparu. Et la France ne comptera plus que 300 000 agriculteurs. »

Emmanuel Macron promet ainsi une « loi foncière ». Le projet de loi était pourtant resté au placard ces derniers mois suite aux travaux de la commission parlementaire sur le foncier agricole, menée par le député Dominique Potier.

 

Arnaud Carpon 23/02/2019 11:31

Emmanuel Macron va probablement détenir un record: cela fait une heure qu'il a quitté la salle 2000 où il a prononcé son discours, et il n'a parcouru que... 12 m dans ce hall 1.

PDebris 23/02/2019 11:16

Pour lutter contre l'« agrisbashing », Emmanuel Macron assure que « les agriculteurs sont plus que personne attachés à la protection de la planète »

PDebris 23/02/2019 11:12

À propos du glyphosate :

PDebris 23/02/2019 11:11

Emmanuel Macron s'est adréssé à la nouvelle génération :

Arnaud Carpon 23/02/2019 10:24

En attendant de pouvoir sortir de la salle, on peut synthétiser le discours du chef de l'État en quelques mots: 

Une exigence d'unité (européenne), et une triple promesse : protéger, transformer et anticiper.

Arnaud Carpon 23/02/2019 10:22

Moment assez confus: tout le monde est encore bloqué dans la salle.

Arnaud Carpon 23/02/2019 09:49

Emmanuel Macron termine son discours sous les applaudissements appuyés de son auditoire.

PDebris 23/02/2019 09:44

Toujours sur le même sujet :

PDebris 23/02/2019 09:35

Selon Emmanuel Macron « le danger n’est pas en Europe mais dans notre dépendance à l’égard d’autres puissances ».

PDebris 23/02/2019 09:30

Pierre Boiteau 23/02/2019 09:23

Pour maintenir le cap sur l'agriculture, trois axes sont à respecter selon Emmanuel Macron (discours au Salon de l'agriculture à Paris porte de Versailles).

 

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:59

Suivez en direct le discours d'Emmanuel Macron en cliquant sur l'image ci-dessous:

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:54

2019-02-23 08.55.06.jpg

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:51

Emmanuel Macron vient d'arriver dans la salle. Il commence son discours.

 

Pierre Boiteau 23/02/2019 08:47

Pour les agriculteurs, le salon de l'agriculture est aussi un bon moment pour parler au grand public de la réalité de nos agricultures.

Sur place au salon ou sur les réseaux sociaux, parler de son métier, c'est finalement tout simple. 

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:38

Présents dans la salle, les deux start'upeurs Florian Breton fondateur de Miimosa et Paolin Pascot, fondateur d'agriconomie sont inséparables..

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:36

Tout le monde attend Emmanuel Macron. Plusieurs ministres francais et représentants européens sont là: Didier Guillaume, François De Rugy, Michel Barnier et Phil Hogan.

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:33

La salle pour le discours est pleine. Essentiellement des jeunes, certains avec des polos bleus estampillés de la Bleue du Nord, race égérie de ce Sia 2019.

20190223_082917.jpg

Arnaud Carpon 23/02/2019 08:20

20190223_081126.jpg

Arnaud Carpon 23/02/2019 07:26

Bienvenue dans ce Live consacré à ce premier jour et l'inauguration du salon de l'agriculture par Emmanuel Macron et Didier Guillaume.

La visite présidentielle devrait démarrer vers 8h30 par un discours sur le thème de "l'Europe agricole" et la Pac.

La déambulation du chef de l'Etat dans les allées du salon devrait démarrer autour de 10h30. Il en profitera pour rencontrer les responsables des différentes filières agricoles: les filières d'élevage le matin, les filières végétales l'après-midi. 

Emmanuel Macron a inauguré son deuxième Salon de l’agriculture en tant que chef de l’Etat, accompagné de Didier Guillaume, son ministre de l’agriculture.

Ce passage obligé sonnait comme un premier bilan d’étape de son mandat sur les questions agricoles. Alors que la loi Alimentation donne quelques signes positifs dans certaines filières concernant les prix payés aux agriculteurs, mais aussi beaucoup de déceptions, le président veut désormais faire de l’Europe et de la réforme de la Pac ses priorités.

Il a démarré sa visite par un long discours en huis clos, de 8h30 à 10h30, devant 500 agriculteurs, dont la moitié de jeunes agriculteurs français et d’autres pays européens, pour détailler ses intentions sur ces questions européennes.

« L’Europe, c’est la première puissance agricole mondiale. L’agriculture est un actif économique puissant en Europe et la France est la première puissance agricole de l’UE », a justifié Audrey Bourolleau, la conseillère agricole d’Emmanuel Macron, la veille de cette visite inaugurale.

L’Élysée semble avoir pleinement conscience de la montée en puissance de la Chine, des États-Unis et de la Russie sur la scène agricole internationale. Et Emmanuel Macron souhaite que la Pac rassemble les pays européens pour qu’ils soient « partenaires » et non «  concurrents ». « L’Europe doit faire bloc », selon Audrey Bourolleau, sur cet échiquier mondial.

Il s’agit pour la France de « retrouver une autonomie européenne en protéines » et d’avoir une « vision agricole » européenne dans laquelle le chef de l’État compte défendre une « agriculture de qualité » et « l’amorce d’une transition agricole et alimentaire forte ».

« Inventer notre europe agricole »

Il veut, en fait, transposer sa vision de l'agriculture à l'Europe, dans un calendrier qui sera ponctué par les élections européennes en avril prochain, et une réforme de la Pac mise au point mort et qui reprendra à l'automne avec la nouvelle commission et le nouveau parlement européen.

« La Pac réformée devra répondre à trois promesses : Protéger, transformer et anticiper », a-t-il résumé. Elle doit effectivement davantage protéger les agriculteurs des aléas climatiques et économiques, mieux protéger les consommateurs avec une traçabilité utilisant toutes les technologies de la blockchain et de la data agricole.

Selon lui, la Pac devra aussi permettre de transformer les modèles agricoles, pas seulement en France, mais dans toute l'Europe, pour permettre d'établir une stratégie de filière à l'échelle européenne. Emmanuel Macron a notamment cité la filière du blé, qui, selon lui, doit monter en gamme et se segmenter fortement pour que l'Europe puisse concurrencer les puissances montantes sur ce secteur, que sont la Russie et l'Ukraine.

Face au projet de renationalisation de la Pac, Emmanuel Macron a, au contraire, livré son souhait de règles harmonisées sur le plan environnemental. "Il y a 9 500 MAEC en Europe. Bon courage", a-t-il lancé.

Le chef de l'État souhaite que, dans le premier pilier de la Pac, le niveau de verdissement soit identique à tous les pays.

En matière de gestion des risques, il souhaite une « réserve de crise pluriannuelle ».

Se projeter vers l'Europe, mais aussi défendre le bilan des Egalim

Emmanuel Macron veut donc traduire cette transition, non pas seulement française mais européenne, dans la Pac. Pour cette visite inaugurale du Salon de l’agriculture, il compte rappeler sa promesse d’une « Europe qui protège ses agriculteurs et ses consommateurs » et d’une « Europe qui protège des aléas climatiques » notamment.

Si Emmanuel Macron veut porter les enjeux agricoles à l’échelle de l'Europe à quelques semaines des élections européennes et en vue de la réforme de la Pac, les agriculteurs, eux, attendent toujours les pleins effets de la loi Alimentation sur les prix à la production.

Des signaux positifs se font sentir dans la filière laitière notamment, mais l’application de la loi par les distributeurs reste très poussive. Non seulement la volonté d’Emmanuel Macron de « renverser la construction des prix » n’a pas été pleinement traduite dans la loi, mais les négociations interprofessionnelles pour des indicateurs de coûts de production ont aussi été difficiles. Et il reste toujours à vérifier que « l’esprit de la loi » soit bien perceptible, dans tous les « box de négociations », dans le cadre des relations commerciales entre distributeurs et fournisseurs.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous