[Enquête] Covid-19 Comment les salariés agricoles vivent-ils la crise sanitaire ?

Terre-net Média

Comme les agriculteurs, les salariés agricoles n'ont pas arrêté de travailler pendant le confinement des Français pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Sans eux, les entreprises du secteur auraient eu du mal à poursuivre leur activité. Pour leur rendre hommage et avoir leurs retours sur leurs conditions de travail et leur façon d'appréhender cette crise sanitaire, l'Association des salariés agricoles de Normandie a réalisé une enquête auprès de plus de 500 d'entre eux.

agriculteur en train de travailler ses terresEn avril, l'Asa de Normandie a interrogé 557 salariés agricoles pour connaître leur ressenti face à la crise sanitaire du Covid-19.  (©Terre-net Média)

Depuis le début du confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus, les agriculteurs ont été plusieurs fois mis en avant parce qu'ils continuaient à travailler pour nourrir les Français, dans les médias grand public et agricoles notamment, comme le montrent les différents articles publiés ces dernières semaines par la rédaction. Et les salariés agricoles ? Eux aussi ont poursuivi leur activité, ce qui a permis aux entreprises de fonctionner quasi normalement. Alors pour savoir comment ils gèrent la crise sanitaire au quotidien, dans leur travail et psychologiquement, l'Association des salariés agricoles de Normandie a mené une enquête de terrain.

L'échantillon 

  • 557 répondants habitant en Normandie
  • 70 % d'hommes et 50 % de moins de 30 ans.
  • 50 % travaillent en élevage et 20 % en grandes cultures (30 % dans d'autres productions, le milieu équestre, les espaces verts, les coopératives/négoces, les services).
  • 30 % sont embauchés dans des entreprises de 1 salarié et 40 % de 2 à 5.

N.B. : l'Association des salariés agricoles (Asa) de Normandie, présente dans chaque département de la région, a pour mission de promouvoir les métiers de l'agriculture, de former et d’informer les salariés agricoles et de défendre leurs droits. Pour en savoir plus, rendez-vous sur son site internet www.salariesagricolesnormands.com et sa page Facebook Association des Salariés Agricoles de Normandie

Les actions pour protéger les salariés du Covid-19

etude salaries agricoles normandie mesures barrieres face aux covid 19 (©Asa Normandie//Terre-net Média) 

Ainsi, 30 % des salariés agricoles, ayant répondu au questionnaire de l'Asa de Normandie, ont déclaré ne pas avoir accès à un lavabo avec du savon. Seuls 30 % également ont dit disposer de gel hydroalcoolique et 16 % de masques. Les affichages réglementaires n'auraient été installés que dans un tiers des entreprises. D'autres précautions ont cependant été prises, telles que la distanciation sociale et des matériels dédiés à chacun.

  • Échanges avec l'employeur : aucun dans 20 % des situations

Étonnant : 20 % des salariés enquêtés n'auraient eu aucune discussion à propos du coronavirus avec leur employeur. Un chiffre qui, surprenant également, monte à 30 % dans les structures de plus de 6 salariés.

  • Pratiques et organisation du travail : pas de changement dans 65 % des cas

Près de 30 % des sondés seulement ont modifié leur manière de travailler à la ferme suite à la pandémie et 6 % ont été mis en chômage partiel. Logiquement, les modifications dans les habitudes de travail sont plus importantes à mesure que la dimension de l'entreprise augmente (15 % des exploitations avec un employé concernées contre 30 % lorsqu'elles en embauchent 2 à 5 et 40 % 6 à 10), tout comme le recours au chômage partiel.

Mais plus d'adaptations en élevage (75 %) et grandes cultures (67 %) que dans d'autres secteurs.

Dans le détail, 75 % des salariés en élevage ont changé leur façon de faire et 67 % en grandes cultures contre, à titre de comparaison,  75 % en maraîchage, 60 % en cultures spécialisées et horticulture, 50 % dans le domaine des services, 30 % en coopératives/négoces et 20 % des espaces verts.

  • Conditions de travail : 70 % des salariés se sentent en sécurité

Là encore, plus la taille de l'entreprise s'accroît plus ce sentiment diminue : 85 % des participants du sondage sont confiants dans des structures avec 1 seul employé, 70 % quand leur nombre est compris entre 2 et 5, contre 40 à 55 % au-delà.  

Le ressenti des salariés face à la crise sanitaire 

  • 2/3 ont peur (répercussions sur la vie professionnelle et personnelle)

  • Une crainte, en toute logique, de plus en plus marquée avec l'âge

55 % (< 30 ans)  70 % (31-40 ans) → 75 % (41-50 ans) → 80 % (> 51 ans)

  • 65 % ne se sentent pas mieux reconnus pour leur travail

Un constat qui, lui, ne dépend ni de l'âge ni du sexe. « 90 % des salariés agricoles estiment qu’on ne parle pas suffisamment d’eux pendant cette pandémie », fait remarquer l'Asa de Normandie. Alors que pourtant, cette étude montre que, comme les agriculteurs, ils ont poursuivi leur activité pour nourrir les Français pendant que ces derniers étaient confinés. « Si les salariés agricoles n’étaient pas là, l’agriculture ne pourrait pas fonctionner et beaucoup de chefs d’entreprise seraient obligés de "fermer boutique", et ce d'autant plus durant le confinement. Via cette étude, prenons le temps de les remercier d'avoir continué à travailler dans ce contexte particulier », insiste l'association.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous