Corse Fraude aux aides européennes : 6 personnes vont être jugées

AFP

Six personnes, dont le directeur de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud, sont convoquées en avril 2020 pour être jugées dans une enquête sur des fraudes aux aides européennes portant sur un préjudice estimé à 1,4 million d'euros, a indiqué jeudi à l'AFP le procureur d'Ajaccio.

Jeudi matin, ce responsable administratif, son épouse, ses deux fils et un ouvrier agricole ont été convoqués à la gendarmerie et placés en garde à vue. Ces cinq personnes et la mère du dirigeant de la chambre d'agriculture, âgée de 86 ans, sont convoquées devant le tribunal correctionnel d'Ajaccio le 7 avril 2020, pour être jugés pour « escroquerie en bande organisée et blanchiment en bande organisée », a indiqué Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio. Ce dernier a requis le placement sous contrôle judiciaire du dirigeant avec interdiction d'exercer sa fonction jusqu'au procès. L'enquête a révélé une surévaluation du cheptel « d'au moins 50 % » et « le parquet a fait des demandes de saisies d'avoirs criminels sur des biens leur appartenant à hauteur du préjudice estimé à 1,4 million d'euros », a aussi précisé le magistrat.

L'enquête avait été ouverte après un contrôle du comité départemental antifraude (Codaf) sur ces exploitations d'une famille de Letia (Corse-du-Sud), qui percevait « un peu plus de 400 000 euros d'aides européennes chaque année, sous la forme de primes à la surface et de primes aux vaches allaitantes » pour 600 hectares déclarés et 530 vaches, avait indiqué le procureur en novembre 2018. Le dirigeant de la chambre « reconnaît qu'il n'existe globalement qu'une seule entité, et qu'il en est l'exploitant principal de fait, alors que son statut lui interdit d'être exploitant », avait détaillé le procureur.

Trois autres enquêtes dans la région de Bonifacio, de la Gravone, autour d'Ajaccio, et dans la zone de l'Alta Rocca, sont en cours pour des soupçons de fraudes aux aides européennes en Corse-du-Sud, a ajouté le procureur, indiquant que l'une d'elles visait un élu de la chambre d'agriculture de Corse-du-Sud. En Haute-Corse, une enquête pour « escroquerie » et « association de malfaiteurs pour commettre un délit » est également en cours concernant les exploitations à Lucciana de quatre membres de la famille d'un dirigeant du syndicat agricole FDSEA, a précisé à l'AFP la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot. L'enquête vise à vérifier la part « régulièrement perçue » des « 760 000 euros d'aides bovines allaitantes et d'aides découplées » liées à la surface perçus par les quatre membres de la famille au titre de la Politique agricole commune (PAC) entre 2015 et 2018, sachant que selon les premiers éléments, il « y a bien un agriculteur mais les trois autres ne le seraient pas », a-t-elle expliqué. Près de 650 contrôles sur les 2 150 exploitations corses sollicitant des aides européennes sont par ailleurs en cours dans l'île pour vérifier la conformité de ces demandes.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous