Momagri L’embargo, un mal pour un bien pour l’agriculture russe ?

Momagri Terre-net Média

Alors que Bruxelles tente de mettre en œuvre des mesures pour faire face aux conséquences de l’embargo russe, sans toujours rencontrer l’enthousiasme des agriculteurs européens, l’agriculture russe paraît quant à elle en tirer des bénéfices, du moins pour le moment.

Vladimir Poutine et Francçois Hollande en juin 2014Vladimir Poutine et François Hollande en juin 2014 (©Présidence de la République.)

« Si officiellement Moscou promet moult subsides à ses agriculteurs et que le Kremlin invoque le renouveau agricole de la Russie, l’agriculture du pays souffre toujours de dysfonctionnements structurels. Reste à savoir si le pouvoir en place saisira justement "l’occasion" de l’embargo pour mener une réforme de fond de l’agriculture russe. En attendant, Moscou paraît clairement miser sur l’arme alimentaire comme clé de son indépendance, mais à quel prix ? Et en a-t-elle les capacités ?

Depuis le début de l’embargo, les mesures du Kremlin en faveur de l’agriculture russe se sont multipliées afin de pallier la chute des importations en provenance des pays soumis à l’embargo :

- le gouvernement russe vient ainsi d’annoncer la mobilisation d’une nouvelle enveloppe budgétaire de l’ordre de 924 millions d’euros environ pour l’agriculture russe en 2015. D’ici 2020, 13 milliards d’euros seront également débloqués ;

- la Russie a par ailleurs multiplié les accords commerciaux, notamment avec les pays d’Amérique Latine, afin de trouver des marchés de substitution. Autre impact significatif, l’accroissement des investissements chinois dans l’agriculture russe.

Certains secteurs agricoles russes tirent particulièrement leur épingle du jeu :

- on assiste à une hausse des profits de l’industrie porcine et des investissements dans le secteur pour développer leur capacité de production ;

- le pays profite par ailleurs d’une production record de blé, à plus de 100 millions de tonnes contre 92,4 Mt en 2013 (une prévision qui comprend la Crimée, récemment rattaché). Moscou table ainsi sur des exportations en hausse, profitant notamment de la faiblesse du rouble (plongeon de 10 %) et de la hausse des prix mondiaux.

Le marché agricole russe a ainsi le vent en poupe, mais pour combien de temps ? Le groupe d’analyse SovEcon prévoit déjà une baisse de la production céréalière en 2015 de 15 %, alors qu’à court terme, la production nationale ne sera pas en mesure de compenser la chute des importations. Son augmentation nécessite d’importants investissements, essentiellement publics, et prendra au minimum cinq ans. Or la Russie est pour l’heure au bord de la récession et sa population est contrainte par une inflation en hausse.

Finalement, si l’embargo profite dans l’immédiat à certains secteurs, les défaillances structurelles – manque d’infrastructures, vétusté caractérisée par un sous-investissement depuis deux décennies – ne permettront pas un décollage immédiat, et profitera davantage aux nouveaux compétiteurs sur le marché agricole russe, à savoir l’Amérique latine ou la Chine.

Vision court termiste

On le constate pourtant, les Russes, à l’inverse des Européens, ont pris toute la mesure de la puissance de l’arme alimentaire, mais le danger d’un repli protectionniste est réel et n’arrangera en rien le sort de son agriculture. Du côté occidental, la logique court-termiste sous-jacente aux sanctions économiques, ne permet pas de prendre la pleine mesure de la gravité de la situation, et de son caractère hautement déstabilisateur sur des marchés déjà structurellement défaillants. Si comme l’affirmaient deux vétérans de la guerre froide, Mikhaïl Gorbatchev et Henry Kissinger, à l’occasion des 25 ans de la chute du Mur de Berlin, le monde pourrait être à l’aube d’un nouvel affrontement, la situation exige aujourd’hui une vision stratégique de défense des intérêts vitaux appliqués notamment à l’Europe dans un contexte de coopération internationale renouvelée. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous