Directive nitrates La Coordination Rurale bloque Agen

Afp

Agen, 6 oct 2014 (AFP) - Plus de 200 agriculteurs membres de la Coordination rurale (CR) ont paralysé la ville d'Agen lundi, journée d'action marquée par des échauffourée avec les forces de l'ordre, pour protester contre le placement, selon eux, de plus de 80 % des terres du Lot-et-Garonne en « zone vulnérable » dans le cadre de la directive nitrates.

Les agriculteurs avec plus d'une centaine de tracteurs et autres engins, ont bloqué dès 8h une douzaine de points routiers névralgiques ou bâtiments administratifs dans la ville de 35.000 habitants, faisant brûler pendant plusieurs heures des pneus, de la paille ou du lisier, a constaté un correspondant de l'Afp. Les échauffourées sont survenues dans l'après-midi, à l'issue d'une rencontre à la préfecture entre le préfet et une délégation d'agriculteurs, rencontre jugée infructueuse par ceux-ci, faute d'un moratoire sur la délimitation de ces zones vulnérables. Les manifestants se sont regroupés devant la préfecture, et se sont brièvement heurtés aux forces de l'ordre, lançant pierres, fruits et projectiles divers vers les Crs qui ont repliqué par des gaz lacrymogènes. Aucun blessé n'a été recensé, selon la préfecture. Le blocus a été levé vers 18h et le calme est revenu, selon les pompiers qui sont intervenus pour 40 départs de feux distincts au cours de la journée.

« Ces zones vulnérables, sous couvert de protéger la nature et l'environnement, nous empêchent de travailler correctement et en plus tuent les éleveurs », a déclaré à un correspondant de l'Afp Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne et membre de la Coordination rurale. « On a passé des années à négocier avec le gouvernement quelques zones vulnérables, et de but en blanc Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie, a décidé que 80 % des terres agricoles du Lot-et-Garonne devaient passer en zone vulnérable, le tout sans négociations, c'est impardonnable », affirme Serge Bousquet-Cassagne.

Cette action de la Coordination rurale était uniquement menée à Agen, où le syndicat est majoritaire à la Chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne depuis 2001. Le préfet du Lot-et-Garonne Denis Conus a salué le « sang froid des forces de l'ordre » sans lequel « cette manifestation qui est illégale aurait dégénéré ». Il a invité les agriculteurs à participer à une concertation à venir, durant plusieurs mois, sur les nitrates, et « à ne pas claquer la porte comme ils l'ont fait la dernière fois ». Le président de la Coordination rurale du département Patrick Franken a qualifié la journée d'action de « démonstration de force réussie ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous