2016, année noire pour l'agriculture Le « produit intérieur brut » de l'agriculture a chuté de 8,4 % en 2016

AFP

La contribution de la branche agricole au produit intérieur brut français a chuté de 8,4 % en 2016, plombée par la chute de la récolte de céréales sous l'effet de conditions météo très défavorables, selon une étude de l'Insee publiée jeudi.

Exploitation agricole  La valeur de la production agricole a chuté de 6,6 % en 2016. (©Terre-net Média)

La valeur de la production agricole, hors subventions sur les produits, se réduit nettement, de 6,6 %, et la chute des volumes s'accompagne d'une baisse des prix, précise l'Insee.

Dans le détail, la valeur de la production végétale chute de 8,7 % en raison principalement des très mauvaises récoltes en grandes cultures et en vins. Ainsi, la récolte de céréales a chuté de 25,2 % (- 32 % pour le blé tendre) sous l'effet de conditions météorologiques très défavorables. Les rendements sont ainsi les plus faibles depuis trente ans.

Le recul de la production animale de 4,3 % en valeur est principalement dû à celui des prix. Celui du lait a ainsi de nouveau reculé, « affecté par la persistance d'une conjoncture défavorable au premier semestre en lien avec la levée des quotas », explique l'Insee.

Le prix des gros bovins a également reculé pour la troisième année consécutive en raison de l'afflux de vaches de réforme entraîné par la crise laitière.

Baisse des subventions à l'agriculture

Dans le même temps, les charges des agriculteurs ont diminué, et ce pour tous les principaux postes (aliments pour animaux, énergie, engrais). Leur baisse n'a toutefois pas suffi à compenser celle de la production, selon l'Insee.

Par ailleurs, le montant total des subventions à la branche agriculture s'est réduit de 2,9 %, s'établissant à 9,4 milliards d'euros. Par conséquent, la valeur ajoutée, c'est-à-dire la richesse créée par l'activité agricole, recule nettement. Exprimée au « coût des facteurs », c'est-à-dire après prise en compte des subventions d'exploitation et déduction faite des impôts sur la production, la valeur ajoutée brute par actif recule de 8,4 % en termes réels, explique l'Insee.

Les données présentées jeudi par l'Insee concernent le compte 2016 « provisoire » de l'agriculture. Par rapport au compte « prévisionnel » publié en décembre 2016, l'évolution de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs par actif en termes réels a été révisée à la hausse de 3,2 points, soit une baisse de 8,4 % au lieu des - 11,6 % annoncés fin 2016.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous