Mauvaise qualité des blés 2014 Les trieurs à façon prévoient un approvisionnement « dégradé » en semences

Terre-net Média

Si la quantité est là, la qualité des blés est médiocre dans bon nombre de régions. Les trieurs à façon de semences de ferme se disent prêts à intervenir avant les prochains semis, et estiment que l’approvisionnement en semences certifiées pourrait être « dégradé ».

grains de bléLes trieurs à façon de semences s'attendent à une période de travail plus conséquent que les années précédentes à cause de la récolte de mauvaise qualité dans certaines régions du Nord de la France. (©Terre-net Média)

« La France semble découvrir les grains germés sur pied, explique le Staff, le syndicat des trieurs à façon de France, dans un communiqué. Il faut d’abord rappeler que ces conditions sont bien connues des zones productives du Nord de la France. Une année sur trois : le Nord Picardie, la Normandie, mais aussi la Belgique et le Sud de l’Angleterre récoltent des grains germés. Or ces régions produisent 50 % de leurs semences à la ferme y compris ces années-là. Les rendements y atteignent 90 et 100 quintaux à l’hectare. Les agriculteurs et les professionnels de la semence de ferme savent gérer cette situation. »

Pour le Staff, il faut dissocier une semence au germe déjà bien développé qui ne peut plus être conservée, d’une semence de blé « démarrée », avec un simple germe pointant, qui peut être ressemée fin septembre début octobre. « En 2006 ou 2012, nombre d’exploitants en zone Nord avaient ressemé ces lots sans que le rendement n’ait été altéré.  Seul impact : la levée est très rapide. »

Le syndicat entend rappeler aussi qu’il n’y a pas que les semences de ferme qui seront impactées. « La météo pluvieuse touche aussi bien les auto-multiplicateurs de semences de ferme que les multiplicateurs de semences certifiées. »

« Réserver ses bons grains pour la semence »

En fait, au regard de la qualité médiocre des blés dans de nombreuses régions, les agriculteurs ne sont pas à l’abri de difficultés d’approvisionnement en semences certifiées, estime le syndicat.  « Pour répondre à d’éventuels risques de pénurie, il est prudent de sélectionner et de sécuriser ses propres lots de semences de récolte pour palier à d’éventuels déficits d’approvisionnement, comme les régions du Grand Est avaient eu à le subir au printemps 2013 avec des blés gelés sur pied. »

Dans ce contexte, les trieurs à façon de semences de ferme se disent prêts à gérer les problèmes de qualité. « La profession a massivement investi depuis 2005 dans des outils de triage et de calibrage plus performants capables de nettoyer les lots de semences selon les problématiques rencontrées. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous